A Paris se joue une pièce de théâtre macabre dont vous êtes les acteurs...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cyana Rohan, l'Aquarelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Cyana Rohan, l'Aquarelle   Mar 14 Déc - 15:47

WILLIAMS CYANA


Inquisition


Spoiler:
 

1. LE PERSONNAGE

Nom : Rohan
Prénom : Cyana
Sexe : Féminin. Non, parce que sérieusement, vous trouvez que j’ai l’air d’un garçon ?
Date de naissance : 21 décembre 2001
Age : 19 ans
Pouvoirs : Matérialisation d’objets à partir de l’imagination (les objets doivent être solide, ne pas excéder ma taille et/ou mon poids. Je ne peux les garder dans le réel que huit minutes, et je dois attendre trois minutes avant d’en créer un nouveau)

P hysique :
Ce n’est pas pour me vanter, mais je pense être assez jolie, même si mon apparence n’est absolument pas ma priorité. En général, je me fais remarquer, ma grande taille ne passe pas inaperçue, je mesure 1,76. Je pèse 61 kilos, mais ça ne se voit pas, et je n’ai pas l’habitude de dévoiler mon poids aux gens. Côté poitrine, rien à dire, elle n’est ni trop imposante, ni inexistante, et de toute façon, mes mensurations ne regardent personne. Mes membres sont longs et fins, mon ventre et plat, je suis assez musclée et j’ai de bons réflexes, tout ceci dû à mes longs entraînements. Mes mains aussi sont très fines et pas très grandes. Mes doigts, eux, sont longs comme le seraient ceux d’un pianiste. Ma peau est assez claire, mais elle se pare rapidement d’un très joli hâle dès que je m’expose un peu au soleil. J’ai de très longs cheveux blonds, ni trop fins, ni trop épais, avec des reflets d’or et d’argent selon l’éclairage. Ils sont retenus par les écouteurs que je ne quitte jamais et dont je me sers comme bandeau. De longues mèches retombent de chaque côté de min visage. Mes yeux sont d’un bleu saphir, et ils attirent le moindre reflet. Mes sourcils sont si fins qu’ils ressemblent à un coup de crayon au-dessus de mes cils, épais juste ce qu’il faut. Pour finir, j’ai un visage un peu rond, de forme triangulaire, mais pas trop quand même, je suis loin d'être coupée en angles droits. J’ai des lèvres très fines légèrement rosées souvent étirées en un sourire sarcastique, des dents blanches et régulières et un petit nez pointu, en accord avec mon visage. Côté vestimentaire, je porte très souvent du noir, qui met en valeur mes cheveux blonds et ma peau claire, et du blanc, avec quelquefois une touche de couleur pour égayer le tout. Je ne me couvre pas beaucoup, je ne suis pas frileuse et le temps à Paris est plutôt clément si on oublie la pluie.

C aractère :
Je dispose de deux personnalités. Cela n’a rien à avoir avec une quelconque schizophrénie, mais plutôt à une nécessité due à mon…travail. Sous le masque de l’Inquisition, je suis Aquarelle, tueuse sans émotions ni sentiments, entièrement vouée à ma mission. Redoutée et efficace, je ne parle que le strict nécessaire, m’acquittant de ma tâche le plus rapidement et discrètement possible. Je suis froide et orgueilleuse, mais c'est parce que je sais que l'Inquisition détient la Vérité, et que je suis fière de faire partie de ceux qui purifieront le monde. Je défie quiconque de soutenir le contraire ! A ceux-la, je monterais tout la puissance et la gloire de l'Eglise, sans pitié aucune. Je ne connais pas la pitié.
Quand le masque tombe, je redeviens Cyana. Je suis une jeune étudiante aux beaux-arts de Paris, en option peinture. Un peu réservée et froide envers ceux que je ne connais pas, mes amis savent cependant que je suis une personne très aimable et attentionnée, du moins, jusqu’à un certain point. Malgré ma sympathie, si on me cherche, on me trouve, je suis d’un caractère très chatouilleux…et la bombe que je suis a un détonateur extrêmement sensible. Je suis peut-être un peu farouche, et je vais rarement parler aux gens de ma propre initiative. Je suis parfois un peu excentrique, dans ma façon d'être, de parler ou de m'habiller, tout comme mes goûts. Ce qui me connaissent bien n'y font même plus attention.
Je suis très impatiente et malheureusement, inconstante. Je passe très vite d’une passion à une autre, pour l’abandonner aussi vite. Je n’ai pas beaucoup de patience, et il m’arrive assez régulièrement de jeter des gens alors qu’ils ne m’avaient rien fait. Cependant, je trouve toujours un moyen de me faire pardonner.
J’ai un côté assez rêveur, et je m’envole souvent vers ma petite planète imaginaire, quitte à perdre le fil de ce qu’il se passe autour de moi. J’aime les arts, particulièrement la peinture, par-dessus tout et mon ambition est de finir par exercer un métier dans cette branche. Peindre et ma plus grande passion, en plus de la lecture et de la musique (j’écoute de tout du moment que ça me plaît). Je partage ma passion des belles choses avec ma meilleure amie, Aleksandra, que j'ai rencontrée au collège du Vatican. Alexa étant un peu fragile, j'ai toujours veillé sur elle, c'est ma meilleure et seule véritable amie, mieux, une soeur, je suis incapable de vivre sans elle. Sinon, je ne vois pas ce que je peux dire d’autre sur moi.

H istoire :
Je suis née un 21 décembre, en l’an 2001, à Paris. Mon père, Grégoire Rohan, était français, et ma mère, Cassidy Williams, américaine. Ils s’étaient rencontrés trois ans auparavant à un festival. Ils n’étaient pas mariés, et attendaient ma naissance pour s’installer en Amérique, à XXX plus précisément, et officialiser leur relation.
Quand j’eus trois mois, nous partîmes donc pour Atlanta, ville de Géorgie, aux Etats-Unis. Comme prévu, mes parents se marièrent lors d’une grande et belle cérémonie durant laquelle je fus également baptisée. Mon père était quelqu’un de très croyant et il tenait absolument à ce que je suive une instruction religieuse en plus de mon éducation normale. Dès que j’eus l’âge, je partis donc au catéchisme. Durant toute mon enfance, je n’ai jamais manqué de rien, mes deux parents travaillaient et nous avions une vie plutôt aisée. J’aurais souhaité à une époque avoir un petit frère ou une petite sœur, mais malgré leur désir d’avoir d’autres enfants, mes parents ne purent jamais en avoir d’autres. Par conséquent, ils reportèrent tout leur amour sur moi, j’ai été énormément aimée.
Toute la période de mon enfance se passa sans anicroche. J’allais à l’école, j’étais une bonne élève et j’avais des amis que j’adorais. Il y eut une période un peu plus sombre quand j’eux cinq-six ans lorsque mes parents apprirent qu’ils ne pourraient plus avoir d’enfants. Pendant quelques mois, ils se disputaient presque tous les jours et faillirent se séparer. Heureusement, ils finirent par surmonter leurs différents, mais ce ne fut pas sans cris et larmes. A l’époque, j’étais naïve et innocente, je ne me doutais de rien, et ne l’apprit que bien plus tard.
Ensuite, j’entrais au collège, et ma petite vie idyllique et bien ordonnée semblait vouloir continuer sur cette lancée. Nous étions en 2012. Cependant, je ne pouvais ignorer les étranges et inquiétantes rumeur courant sur une certaine fin du monde. Mes parents ne prenaient pas cette prédiction au sérieux, ils m’avaient raconté qu’une rumeur semblable avait couru en l’an 2000, et qu’il ne s’était finalement rien passé. J’étais naïve, et j’avais une confiance absolue en mes parents. Je les crus.
J’avais tort.
Le jour fatidique, ce jour maudit entre tous, le 21 décembre 2012, qui était pourtant le jour de mon anniversaire, je fus réveillé par des cris venant de la rue. Je me levais pour voir ce qu’il se passait, je vis mes parents en faire autant de la fenêtre de notre salon. Des gens étaient dehors, dans la rue, et c’était eux qui hurlaient. Je compris très vite pourquoi en levant le nez vers le ciel, constatant qu’ils le pointaient du doigt.
Je n’avais jamais vu un spectacle pareil, et je suis certaine que jamais il ne se reproduira. Car, au lieu d’être noir ou bleu foncé, le ciel était d’un orange sombre, ressemblant vaguement à du soufre, traversé d’éclairs d’un noir qui paraissait malsain. De plus, il semblait bouillonner, je n’appris que bien plus tard qu’il s’agissait d’une éruption solaire si énorme, si démentielle qu’on avait pu en voir les effets depuis la Terre. Ce phénomène dura toute la nuit, et s’estompa petit à petit le matin, pour finir par disparaître en début de soirée. Je ne savais pas encore à quel point cette éruption solaire allait avoir d’impact sur ma vie.
C’est lors que la nouvelle année débuta que je commençais à me rendre compte du changement. Ce fut un soir, par hasard, alors que je dessinais tranquillement dans mon bureau. J’avais besoin d’une couleur spéciale de feutre dont je ne disposais malheureusement pas. Alors que je réfléchissait au meilleur moyen de pallier le manque, j’aperçus près de moi le feutre à la couleur désirée. Un peu étonnée, car je savais que je ne possédais pas cette couleur, je fus tout de même enchantée de pouvoir achever mon dessin. Et le lendemain, le feutre avait disparu.
De nombreuses autres manifestations de ce genre continuèrent à m’intriguer sans que je cherche à en savoir plus. Et puis, un jour, par une étrange coïncidence, je tombais sur une émission traitant des étranges capacités et de « miracles » réalisés par des gens ordinaires. Visiblement, de plus en plus de gens étaient capables d’effectuer des actes ressemblant fort à de la magie, ou quelque chose dans le genre. Intriguée à cause de ce que j’étais moi-même apparemment capable de faire, je décidais de me renseigner à fond sur le sujet.
Les découvertes que je fis étaient sensationnelles. J’appris qu’un nouveau phénomène voyait le jour, appelé la « mutation ». Des gens, partout dans le monde, avait été touchés par les radiations de l’éruption solaire du 21 décembre 2012 et avait développés des pouvoirs, comme dans les séries télés ! J’étais folle d’enthousiasme, persuadée d’être moi aussi une « mutante », et je décidais d’en parler à mes parents.
Bien mal m’en fit. Lorsque j’évoquais le sujet avec eux, ils s’affolèrent aussitôt, d’autant plus quand je leur décris ce que j’avais déjà fait. A l’époque, je ne maîtrisais pas mon don, et j’étais incapable de faire apparaître des objets sur commande, mais j’avais toujours été honnête, et mes parents crurent ce que je disais. Des fois, je me dis qu’être un peu moins à cheval sur l’éthique m’aurait été salutaire ce jour-là.
Ce fus le début de « l’enfer ». Mes parents m’emmenèrent chez tous les médecins, spécialiste et institutions médicales possibles et imaginables pour tenter de résoudre mon problème. En à peine quelques mois, je dus passer plus de tests que certaines personnes durant toute leur vie. Je ne leur en veut pas, mon père et ma mère étaient effrayés, et c’était tout à fait normal. Je dois leur reconnaître une chose, malgré tout, c’est qu’ils ne m’ont jamais abandonnée, maltraitée ou moins aimée. J’en ai rencontré, des jeunes mutants rejetés par leur famille, et j’aime mes parents d’autant plus de ne rien avoir changé de leur attitude envers moi.
C’est aux alentours de juin qu’un émissaire du Vatican se présenta à notre porte. Il s’agissait de Monseigneur Egloff, et c’était un homme bien. Il expliqua la situation à mes parents avec une douceur et une bonté exemplaire, leur disant que le Vatican recherchait les mutants partout dans le monde pour les former et leur apprendre à maitriser leurs dons. Il proposa de me prendre en apprentissage dès la rentrée, soulignant le fait que je serais avec d’autres enfants de mon âge, et que mes études n’en pâtiraient pas, qu’ils avaient tout prévu. Après de nombreuses semaines de réflexion, mes parents acceptèrent. Je les poussais aussi un peu, car aller en Italie m’enchantaient au plus haut point. Ce fut ainsi décidée et je partis pour le Vatican peu avant Septembre.
C’est à l’Académie pour les jeunes mutants que je poursuivis ma scolarité, apprenant en même temps à me servir de mon pouvoir, à le contrôler. Nous recevions aussi une éducation religieuse. Les prêtres nous assuraient que nous étions des élus de Dieu, que nous devions agir pour rendre le monde meilleur. Ils nous apprirent aussi à nous méfier des mutants qui ne faisaient pas partie de notre école, qu’ils ne s’agissaient ni plus ni moins que de créatures du Diable. Les histoires qu’ils me racontaient sur ces mutants maudits étaient horribles, et les attentats qu’ils perpétraient contre l’Eglise ne faisaient qu’augmenter ma peur et mon ressentiment envers eux.
Je passais donc mon brevet des collèges, et mon bac en Italie, les réussissant avec brio. A chaque congé, je repartais en Amérique pour y retrouver mes parents. Une fois mon bac en poche, j’intégrais avec la plus grande joie l’Académie des Beaux-Arts de Paris. C’est environ un an plus tard que je reçus la visite de Monseigneur Egloff, qui était resté proche de moi depuis qu’il m’avait ramené d’Amérique. Il m’expliqua que les mutants impurs se réfugiaient désormais tous à Paris, qui leur servait de refuge. La plupart de ces mutants rejetaient l’Eglise, et perpétuaient des attentats contre ses représentants. Ils étaient un danger pour tous, car ils ne reculaient devant rien, et de malheureux humains étaient souvent victimes de leurs mauvaises actions.
J’étais révoltée, et quand Monseigneur Egloff me proposa de rejoindre un petit groupe de mutants purs pour combattre ces impies, j’acceptais immédiatement. Nous étions l’élite, me dit-il, et seuls nous pouvions faire quelque chose. C’est ainsi que j’intégrais l’Inquisition, avec quatre autres de mes camarades d’école que je me mis à combattre les misérables qui souhaitaient anéantir l‘ordre de l‘Eglise.

2. DERRIÈRE LE PC

Prénom : Laetitia
Age : Même si on ne demande pas son âge à une dame…j’ai 21 ans.
Sexe : Féminin. Eh ouais, moi aussi, je suis une fille. Ça vous en bouche un coin, pas vrai ?
Pays : France
Pensez-vous être actif(ve) ? Bien sûr que non. Je suis la co-fondatrice, pourquoi serais-je active, dites-le moi ?
Comment avez-vous connu le forum ? Je suis la co-fondatrice, comment aurais-je pu le louper ? Oo
Un p’tit commentaire ou une suggestion ? Bien sûr que non, mon forum est le plus génial de tous…*pan*
Avatar : Winry Rockbell de Fullmetal Alchemist


3. VALIDATION DES CODES DU RÈGLEMENT

Code 1 : Validé par
Code 2 : Cyana Rohan (validée toute seule, mouha, suis trop forte !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
 
Cyana Rohan, l'Aquarelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cavalier du Rohan
» [Rohan] 500 pts
» Armée du Rohan pour GDA
» L'étendard royal du Rohan
» Loronak du Rohan - Capitaine de Gil-Estel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lupus Dei :: LE FORUM :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: