A Paris se joue une pièce de théâtre macabre dont vous êtes les acteurs...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Découverte d'un monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Découverte d'un monde    Mer 14 Sep - 21:28

"Vous êtes bien branché sur NRJ ! Hit music only ! Tout de suite la suite du top 50 avec ..."

Bla bla bla ... C'est dur de se réveiller avec une telle douceur. En plus ces enfoirés vous donnez 15 minutes de chansons pour 10 de pubs. Si si, je vous assure, j'ai chronométré ! Bref, tout ça pour dire qu'il faudrait que je change de station radio. Journée pourrie en perspective : mauvais temps, sale réveil, mauvaise humeur. Et oui, il suffit de peu pour que je classe une journée dans la catégorie "pourrie" !
Avec un manque flagrant d'enthousiasme, je me lève et me prépare doucement, trèès doucement. Je prépare tout aussi lentement mon p'tit dej, endormie comme pas possible et là, PAF ! Je me rends compte qu'il est midi. Surprise total, je range le lait et sors les pâtes. Non, je n'ai pas fait la fiesta avec des amis. Non, je n'ai pas fait une soirée poker. Non, je suis pas allée en discothèque, j'ai juste dévoré un livre jusqu'à 4 heures du mat'. Oui, on peut dire que je suis antisocial ou une otaku ou n'importe quoi d'autre, je m'en contre fous ! Attitude assez inhabituelle, je suis morose.

Après avoir manger, je m'affale sur mon canapé et je zappe, je zappe ... J'm'ennuie !!! Tout l'après midi à ne rien faire mais absolument rien. J'ai alors découvert la véritable signification du mot "glander". Vers 18h et des poussières, je sors de ma léthargie, j'avais l'air d'un légume, et je décide tout d'un coup que je vais sortir me promener dans la capital. Ben tiens ! Il ne manquait plus que ça ! Donc, toujours aussi péniblement je m'habille, fais tout mes trucs de filles et enfin je claque la porte de mon appart. Je soupire et me lance.

Je ne sais pas exactement combien de temps ça fait que je suis sortie mais je sais qu'il est tard, les gens sont rentrés depuis longtemps se barricader dans leurs maisons. Je suis maintenant dans une rue ou je remarque que je vois quelques jeunes filles de plus en plus dénudés. Je regarde ma montre et elle me ricane au nez en me donnant l'heure : 21h28, ah oui quand même. J'ai froid et faim, qu'est ce que je fais ? Et bien, je me dirige vers le lieu le plus animé de la rue. Je ne fais pas attention à l'enseigne, mais ce que je vois c'est qu'il y a deux gardes d'une très belle morphologie, pour ne pas dire armoire à glace à l'entrée. Un sourire commence à s'étirer sur mon visage, voilà un bon endroit pour manger et se distraire tranquillement. Je me dirige donc d'un pas un chouia plus enthousiaste que d'habitude. Je ne savais pas à quel point cette pensée allait me mener loin, le nuit était loin d'être terminer.

Les deux titans m'arrêtent alors que j'essaie de passer la porte. je ne les laisse pas ouvrir la bouche -ce n'est pas eux qui allaient m'empêcher de me nourrir et de me réchauffer.

-Et bien, messieurs ? Il y a un problème ? Veuillez m'excuser mais je n'ai pas très envie de rester dehors encore longtemps, déjà que le chemin a été long, alors merci !

Et d'un sourire charmant, je me faufile entre eux et je rentre sans perdre un instant. On m'a toujours dit que je faisais plus de mon âge et bien, il faut vraiment ne pas être doué pour savoir que cet endroit était pour les majeurs ce qui amplifier ma curiosité. Et là, je découvris exactement dans quel lieu j'avais mis les pieds. Ouah ! Et bien, je m'attendais à tout sauf à ça ! Je m'assis discretement dans un coin un peu à part en espérant que personnes ne m'est vu. Je zigzague entre danseuses, serveurs(es) et tout le monde qu'il y a ici. Je m'affalais dans un fauteuil avec une table et des rideaux qui intimiser le tout. Je ferme les yeux et commence à rire de la situation dans laquelle j'ai mis les pieds. Tout d'un coup, quelqu'un soulève le rideau. Zut, qui est ce ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse Roméa
Sans contrefaçon, je suis un garçon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 09/09/2011

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Jeu 15 Sep - 18:14

Spoiler:
 
- Comment ça "une fille a l'air mineure est entrée sans même payer" ? Rappelle-moi, juste comme ça : c'est quoi votre boulot, au juste ?

Faut toujours tout faire soi-même, décidément. Les petits frères restent toujours inexpérimentés et boulets, ce doit être un des fondements de l'univers. Bordel, dix-neuf ans, au moins dix ans de muscu' derrière eux et il faut encore que leur aîné se déplace pour réparer les bêtises. Faudrait pas que son rôle devienne celui de la nounou de la famille après que papa et maman ne soient plus là pour changer les couches ! Quels pomponnés ceux-là, j'vous jure.

Bon, ce n'est qu'une petite fille égarée, non ? Suffit de venir régler le problème du prix avec elle, au pire des cas on la fout dehors. Oui, mais si, toute choquée qu'elle est, elle vient tout dire à tout le monde, à son CPE et ses parents, bonjour la réputation de la maison qui pervertit les jeunes enfants. Et puis "jeunes enfants", faut pas exagérer, non plus. Ils ont tous les trois grandis ici et ça leur a jamais posé de problèmes, non plus. Enfin. Avec la montée en force du pape, il valait mieux préserver sa réputation et ne pas attirer l'intention. Toutes les autres maisons de ce genre avait fermé. Comme ils étaient la dernière, les gens se battaient pour qu'ils restent debout, ce n'était vraiment pas le moment de perdre leur faveurs.

Enfin, peut-être en faisait-il trop. Les jumeaux lui avaient dit "à l'air mineure". Ils n'avaient simplement pas eu le temps de lui demander une pièce d'identité. Elle était passée tellement à l'arrache sans même se sentir hors-la-loi que cela les avait trop surpris sur le coup pour les faire réagir. Tu parles de vigiles... de vrais gamins oui. Ils avaient beau intimider du haut de leurs années de sports, ça ne changeait rien au fait qu'ils restaient les deux boulets que Narcisse avait toujours connus. Parfois, il y avait de quoi se demander comment les gens extérieurs les voyaient, ou comment pouvaient-ils les voir autrement. Enfin, ce doit être ça, la famille...

Oui, aujourd'hui son humeur était tout à fait mauvaise. De plus en plus de déficit, des familles qui venaient porter plaintes parce qu'on "humiliait" leurs enfants (elles étaient majeures et venaient d'elles-même, pourquoi est-ce que c'était eux qui payaient les pots cassés !?), toujours de la faute à l’Église qui contaminait les esprits sous ses airs de bons samaritains. Les artistes ont toujours été des incompris, ce n'était pas nouveau. Ces jours-ci pourtant, ça se faisait ressortir plus que jamais. Teint pâle, cernes, profonde flemme, Narcisse n'avait même plus le cœur à ses travestissements, se contentant du strict minimum, malgré les remontrances de ses frères qui pensaient qu'il fallait faire des efforts pour attirer le client. Facile à dire, pour les deux instruments du décor toujours habillés neutres. Des fois, y'a pas envie, même pas de pratiquer nos passions (même si ses travestissements tiennent plus de la seconde nature que de la simple passion). Et cette gosse était la goutte qui faisait déborder le vase.

C'était donc avec un pull délavé suffisamment large pour cacher, disons, les formes sur sur son buste, et un jean que la partie de cache-cache débuta. Y mettant le strict minimum, pas étonnant que la fameuse jeune fille ne fut pas découverte tout de suite, cela occasionnant donc encore plus d'énervement, de jurons, et donc encore moins de concentration et oh! cercle vicieux que voilà. Le spectacle commençait, les gens entraient dans la salle, libérant un peu le hall. Mais au final, l'idée de trouver avait disparu, c'était devenu un contentement de chercher pour s'énerver et se défouler, à tel point que lorsque les rideaux s'ouvrirent d'un geste brusque de par sa propre main, sursaut de surprise. Ah bah tiens, la voilà elle.

- Bon allez, je suis pas d'humeur, pièce d'identité, tout de suite. Et prépare l'argent si c'est en règle.

Grand Dieu, et la politesse vis-à-vis du client, alors !? Quoique, rien de violent n'avait été esquissé. Juste un ton las, les mains dans les poches, la colère ayant disparu au cours de la fouille. Ou plutôt, il était devenu évident que ça ne servait à rien de s'énerver, à part de se fatiguer encore plus.

_________________


I can’t separate your sins,
To me you’re acting like you’re twins
This is a mess,
Is this a test?

How many guesses do I get?
Till only one of you is left
You’re quite the same,
If love’s the gain

Caro Emerald - Tangled up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grand-desordre.lolforum.net
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Sam 17 Sep - 16:59

La personne qui m'avait trouvé était un garçon mais je n'en étais pas sure : il avait un visage d'ange qui faisait penser à une fille. Et puis son style vestimentaire n'en disait pas long non plus : un pull large et délavé avec un jean. Des cheveux châtains mi-longs ce qui me laissait perplexe au plus haut point. Quand à moi j'étais habillé d'une robe plutôt courte qui m'arrivait à mi-cuisse avec un joli petit décolleté pas provocant. le tout accompagné d'une paire de ballerines noires. Aucun collier, j'avais enlevé mon fétiche, aucun bracelet, pas de boucle d'oreilles non plus. Mes longs cheveux noirs n'étaient pas accrochés. Et la blancheur de ma peau ressortait beaucoup. Aujourd'hui plusieurs hommes (des jeunes, hein ! ) étaient venus me voir (j'avais un peu abusé sur la longueur de la robe), croyant qu'ils avaient une chance. Quels cons ! Mais bref, revenons à nos moutons.

Je regardais l'inconnu(e) d'un air las. Je savais très bien que je n'avais pas l'âge pour entrer ici mais dans ce genre d'endroits on pouvait bien grignoter un peu non ? Ou c'était que du plaisir ? En entrant je ne m'étais pas attendue à avoir un repas fabuleux mais des truc à grignoter m'auraient largement suffit. Et je pense que je pouvais trouver ça ici, non ? Ce qui veut dire que cette jeune personne n'allait pas réussi à me faire partir.

-Tu connais pas la politesse ?


La personne me regarde bizarrement, je lui fais un joli sourire mais elle ne rectifie pas sa phrase. Bon tant pis, je vais pas m'énerver pour un crétin. Je sors de mon petit sac, mon porte monnaie où se trouve ma carte d'identité mais je ne sors que de l'argent. Il me semblait avoir vu un montant sur une pancarte à l'entrée, alors je lui tends exactement ce qu'il veut. Il allait le prendre lorsque je reprends ma main.

-Non mais attends, comment je sais que tu travailles bien ici ?

Mon interlocuteur soupire et me ditqu'il est le patron de cette boîte. Ah bah ça il y a tout le monde qui peut me sortir ça. Mais je n'ai pas envie de me prendre la tête, alors, je joue ma naïve et lui tends les billets. Un moment de silence puis il me réclame ma pièce d'identité. Pff, j'aurais aimé qu'il l'oublie. Alors je lui la tends aussi. Et là, il a l'air de carrément halluciné : il a vu que j'étais mineure mais je n'ai pas du tout envie de bouger. Avant qu'il ouvre la bouche, j'anticipe :

-Tu devrais t'asseoir ça va être long. T'inquiète pas, je vais pas dire à tout le monde que toi et tes amis m'avez fait du mal si tu me laisses rester ici. Par contre, si tu me vires, je n'hésiterais pas. J'ai juste faim, donc j'vais commander un truc puis je repartirais tranquillement et je sortirais pour toujours de ta vie, voilà. Tu as quelque chose contre ?

J'avais pas passé une bonne journée, j'avais faim et lui il vient m'embêter. Je n'aurais jamais fait ça normalement mais là je sentais qu'il voulait me jeter dehors et sans que j'ai rien mangé, impossible. Mais ça m'étonnerait qu'il accepte de me laisser gentiment ici le temps que je grignote. Et comme il était le seul de la rue a fonctionné encore, il ne voulait certainement pas de tâches. Donc j'en profitais au maximum en espérant que j'ai vue juste. Allons bon, j'allais avoir ma réponse tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse Roméa
Sans contrefaçon, je suis un garçon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 09/09/2011

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Sam 17 Sep - 17:55

- Tu connais pas la politesse ?

Mais qu'est-ce que c'est que cette nana ? Bon dieu, ces jeunes aujourd'hui je vous jure. On ne lui avait pas appris à l'école de ne pas répondre aux adultes ? Et puis politesse, laissez-moi rire. Ici on respectait, certes, et on y mettait même un point d'honneur, mais la politesse ne faisait pas partie du décor. Tout du moins, pas cette sale politesse de catholiques aux sujets de conversation si rares (que voulez-vous, avec cette imperméabilité d'esprit...) qu'il leur faut inventer des codes et des convenances pour meubler le vide de leurs personnalités.

Mais revenons-en à nos deux humains. La fraudeuse soupçonnée tendit un billet, insistante. Pourtant, il paraissait évident que son argent ne serait accepté qu'après avoir prouvé provenir d'une personne majeure. Levant la main pour repousser les billets de la jeune fille, cette dernière fut plus rapide et la retira d'elle-même. Allons bon, c'était quoi son nouveau petit jeu ?

- Non mais attends, comment je sais que tu travailles bien ici ?

- Je suis patron, j'ai tous les documents dans mon bureau et je me ferais une joie de les ramener si j'avais la garantie que tu n'en profiterais pas pour te trouver une autre cachette.

En gros, ils étaient coincés. Elle n'y croirait pas avant d'avoir vu les documents (et encore, elle pourrait toujours l'accuser de les avoir falsifier), et hors de question de la laisser seule deux minutes. Si, encore, elle montrait de la bonne volonté à vouloir l'accompagner... Mais vu le caractère dont elle faisait preuve, c'était assez peu probable.

Elle tendit de nouveau ses billets. Moment d'hésitation, n'allait-elle pas encore les reprendre ? Et quand comprendrait-elle que la priorité, c'était sa pièce d'identité. Bon, puisqu'elle insistait... Les billets furent attrapés, mais pas rangés, gardés à la main comme la confiscation qu'on fait à un enfant. Non, ils ne rejoindraient pas son porte-monnaie avant d'avoir eu la confirmation de l'âge de leur propriétaire. C'est en ce but que le silence s'installa, la fixant du regard l'air de dire "tu n'as rien oublié ?"

Un sourire : enfin elle s’exécutait. Et évidement, elle était mineure, ce qui était devenu presque évident avec sa volonté de le cacher à tout prix. Dix-sept ans... Moui, c'était pinailler, là. Enfin, les lois faut bien les suivre, sinon on est dans la panade. Quand on peut les briser, on fonce, mais quand il s'agit d'un suicide pur et dur on s'abstient... Et pas question de s'abaisser, il fallait toujours imposer le respect jusqu'à ce que ça monte à son cerveau d'adolescente.

- Tu devrais t'asseoir ça va être long. T'inquiète pas, je vais pas dire à tout le monde que toi et tes amis m'avez fait du mal si tu me laisses rester ici. Par contre, si tu me vires, je n'hésiterais pas. J'ai juste faim, donc j'vais commander un truc puis je repartirais tranquillement et je sortirais pour toujours de ta vie, voilà. Tu as quelque chose contre ?

Bon, apparemment à l'école non plus elle n'a pas appris que les garanties, ce sont les garanties. C'est une question de responsabilité devant la loi ! Les Roméa étaient honnêtes, ils n'allaient pas avoir ce genre de petits secrets. Le risque était trop gros, cette fille était une parfaite inconnue : comment pouvait-on deviner ses intentions ? Même l'inquisition envoyait ses sbires pour créer des scandales, ils avaient été jusqu'à accuser la famille de vols, de viols, de corruption, d'assistance à mutants... Encore heureux, grâce à une chance de tous les diables, aucun de ces procès n'aboutirent à condamnations pour forfaits qui n'avaient de toutes manière jamais été commis, sauf pour le dernier cas. Mais là aussi, Narcisse n'était pas stupide au point de laisser toutes les preuves en évidence devant la porte de leurs églises. Quoiqu'il en soit, les rumeurs allaient bon train grâce à ces accusations, et surprendre une mineure ici ne ferait qu'aggraver les choses.

- Ouvre donc les yeux petite, c'est pas un restau', ici. On demande même à ne pas apporter de nourriture ou de boisson dans la salle.

Avant de la laisser envenimer leur discussion davantage, un profond soupire supposé la couper dans son élan fut lâché et les rideaux furent refermés, rendant à la petite pièce son intimité. "Monsieur le patron" s'assit face à elle, les coudes sur la table, plantant son regard dans le sien.

- Faisons plus simple, dis-moi ce que tu viens faire là, pourquoi tu tiens absolument à considérer mon cabaret comme un restaurant ?

Deux questions en une. Soit elle lui donne une bonne raison pour avoir fait la confusion et pour être aussi affamée, soit elle lui avoue être là pour une autre raison et ils aviseront. L'envie de se battre avec une gosse ne l’intéressait pas des masses aujourd'hui, réglons ça par le dialogue. Au pire des cas... Appel au chromosome Y entraîné par la vingtaine d'année de sport.

_________________


I can’t separate your sins,
To me you’re acting like you’re twins
This is a mess,
Is this a test?

How many guesses do I get?
Till only one of you is left
You’re quite the same,
If love’s the gain

Caro Emerald - Tangled up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grand-desordre.lolforum.net
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Sam 17 Sep - 22:34

Alors quand j'ai faim, je ne suis pas patiente, et je suis de très mauvaise humeur. Pire que tout, mon language se dégrade. Le patron s'assoit en face de moi et me fixe dans les yeux. Ca ne me met pas du tout mal à l'aise. Nous étions dans l'intimité la plus totale et j'espérais qu'il n'y aurait pas un autre zigoto qui viendrait me taper sur le système. Il avait dit qu'il y avait pas de bouffe ici, soit il disait la vérité soit il me faisait marcher pour que je taille ma route vite fait bien fait. Je jette des regards autour de moi, allez savoir pourquoi je n'ai pas envie de lui répondre.
Il reprend alors la parole :

-Faisons plus simple, dis-moi ce que tu viens faire là, pourquoi tu tiens absolument à considérer mon cabaret comme un restaurant ?

Est-ce qu'il a fait exprès de dire cabaret ? Bon, pet-être mais le fond du problème n'est pas là. Je lui réponds quoi ? La vérité ? En sachant que je suis partie de chez moi sans vraiment savoir où j'allais, que je me suis perdue et que je meurs de faim ? Je pourrais juste le supplier de me passer un truc à grignoter et faire ma toute gentille. Ou je lui dis un bobard à deux balles qu'ils gobent, ou pas. Je vais opter pour la première solution, mentir ne fait pas parti de mes habitudes. Mais j'ai envie de l'énerver un peu, juste histoire de me distraire un peu. J'avais vraiment eu sale journée.

Je me mets au fond de la banquette, je ferme les yeux en fronçant les sourcils, un léger "tsss" m'échappe. Le temps passe et j'ai de plus en plus faim. Quelques secondes s'échappent et mon interlocuteur a de la patience, mais je ne veux pas qu'il s'énerve non plus. Je finis par revenir avec moi aussi les coudes sur la table et je lui réponds :

-Bon, je vais faire court. Je me suis paumé et je meurs de faim. Alors tout ce que je te démande c'est un peu d'hospitalité, j'ai assez d'argent pour payer. Et puis ne me dis pas que tu n'as pas de nourriture, tu laisses mourir de faim tes clients ? Et puis, je ne compte pas m'échapper ou me cacher autre part, j'ai à peine la force de faire trois pas.

Ca c'était court ! J'avais était un peu trop sèche, et maintenant, à force de parler j'avais aussi soif ! Le garçon en face de moi soupira. Un silence s'installa entre nous qui fut rompu par un gargouillement de mon ventre. Les précédents j'avais réussi à ce qu'il ne les entende pas, mais là je m'étais cramé. Je rougis légèrement, un peu gêné.Je sais c'est bête, j'arrêtais pas de dire que j'avais faim mais bon, le gargouillement ça me gênait, c'est tout. Je commençais un peu à en avoir marre d'être aussi désagréable : je m'incrustais dans son show-biz, je lui faisais perdre son temps etc.

-Désolée de te déranger ...

Je l'avais lâche un peu malgré moi mais tellement doucement que j'espérais qu'il n'ait rien entendu. Zut et rezut ! Il fallait vraiment que je mange là ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse Roméa
Sans contrefaçon, je suis un garçon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 09/09/2011

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Sam 17 Sep - 23:25

- Bon, je vais faire court. Je me suis paumée et je meurs de faim. Alors tout ce que je te demande c'est un peu d'hospitalité, j'ai assez d'argent pour payer. Et puis ne me dis pas que tu n'as pas de nourriture, tu laisses mourir de faim tes clients ? Et puis, je ne compte pas m'échapper ou me cacher autre part, j'ai à peine la force de faire trois pas.

Narcisse ouvrit grand les yeux, réellement éberlué cette fois-ci. Mais... Mais c'est quoi au juste la logique de son raisonnement ? C'était pas strip-bar, ici, bientôt des gens allaient débarquer avec des jeux de poker pour faire du strip-poker, pendant qu'on y était ? Les clients ne viennent pas pour manger ici, c'est comme si cette fille était allée au commissariat ou à la poste demander à manger. Même au théâtre, à part dans les plus prisés, il n'y a pas de cafétéria en option, à part quelques banquets après des spectacles d'école. Il n'y a rien de plus désagréable pour un artiste de passer au même plan que les estomacs de ses spectateurs. En plus, je ne vous parle pas du ménage à faire, virer les miettes, nettoyer la graisse... Hé, ils sont en déficit, pas de quoi se permettre des femmes de ménage.

Les vrais gens qui crèvent de faim, ils sont ramassés et hébergés quelques temps (pour ceux qui ne le savaient pas, je vous renvoie à ce rp), mais c'est totalement hors profession, rien ne stipule dans son boulot que de la nourriture doit être accessible à n'importe qui dans la bâtisse. Le pire, c'est qu'elle avait l'air sérieuse en plus. Soupire. Que fallait-il faire dans ce cas là ? Insister comme une tête de mule, lui expliquer, ou tout simplement se moquer d'elle ? Bon, la dernière option est un peu exagérée, d'accord. Alors que sans comprendre et sans savoir quoi faire, son attention était restée bloquée sur l'étrangeté de la demoiselle, un gargouillement lui rouvrit les portes du monde réel.

- Désolée de te déranger...

Narcisse ne put réprimer un sourire, et pourtant, qui eut crût qu'un sourire aurait pu venir éclairer son visage aujourd'hui où tout allait mal. Ce n'était pas de la moquerie, c'était simplement attendrissant : demandez aux deux chromosomes X ce que veut dire l'instinct maternel. C'était vraiment encore qu'une gosse après tout, qui parle et demande beaucoup en levant le menton, mais qui joue toujours son rôle de petite fille dès qu'on creuse un peu sous la surface, et qui évidement, ne supporte pas ça. Qui a dit que la timidité était incompréhensible et irrationnelle ? Son sourire s'élargit tandis que sa joue vint tomber sur la droite, retenue par sa main.

- Tu vois, laisse moi te corriger. Tu t'y es juste mal prise, c'est pas en temps que cliente que tu es supposée me demander à manger. Avant d'être des travailleurs, on est des êtres humains, non ?

N'y voyez pas de racisme envers les mutants. Pour Narcisse, les mutants sont des humains qui peuvent faire des trucs cool grâce à des modifications génétiques. Même les gens de l'inquisition sont des humains, sauf que eux ce sont des humains crétins, ou des humains-qui-font-des-trucs-cool, mais qui se sont fait laver le cerveau.

- Bon, "monsieur le patron" peut aller se faire foutre, Narcisse Roméa va aller nourrir une jeune fille affamée ! Gratuitement, au fait.

Ainsi la jeune fille qui ouvrait son porte-monnaie fut repoussée. Depuis quand on fait payer quelqu'un juste pour ça ? Se levant prestement de sa chaise, l'air déterminé, la jeune fille se retrouva d'un coup toute seule entre ces rideaux.

- Benjinouuu ! ♥ (oui, c'est clairement du foutage de gueule)
- Tu l'as trouvée ?
- Vas me chercher à manger, tout de suite ♥
- Mais pourquoi ?
- Ben tiens ! Parce qu'elle a faim ! ♫
- ARRÊTES DE NOURRIR TOUS LES CLODOS DU QUARTIER.
- Mais c'est pas une sans-le-sou. ♫
- Et si nous on finit par crever de faim ?
- On crèvera en ayant fait une bonne action ! ♥
- Vas te faire'.
- Benjamin, maintenant tu écoutes ton aîné et tu vas me ramener à manger.
- Mais...
- Benjamin.
- Mais c'est f...
- TOUT. DE. SUITE.

Et Benjamin s’exécuta. Eh oui, une armoire à glace qui se fait marcher dessus par un androgyne, c'est possible. Surtout quand pendant les dix premières années des jumeaux, cet androgyne était un mec accompli jamais à court d'idées pour martyriser ses cadets.

- T'es dur, surtout qu'il a raison, je trouve.
- Ta gueule, Barry. ♥

Au fond, ils sont pas méchants ses petits frères. Juste un peu fermés d'esprit. Tant qu'ils vivront sous son toit, tant que leur travail se contentera de veiller à ce que des mineurs ou des fraudeurs n'entrent pas et de laisser de côté tout le reste de l'administration, ils n'auront pas un mot à dire. Et puis quoi, encore. Qu'ils se trouvent des copines et aillent vivre dans leurs chez eux, ces pomponnés.

Enfin. Passant la tête à travers les rideaux, grand sourire, on rassure l'affamée.

- J'ai envoyé quelqu'un te chercher à manger. Ça devrait pas être long !

_________________


I can’t separate your sins,
To me you’re acting like you’re twins
This is a mess,
Is this a test?

How many guesses do I get?
Till only one of you is left
You’re quite the same,
If love’s the gain

Caro Emerald - Tangled up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grand-desordre.lolforum.net
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Dim 18 Sep - 19:14

Ma vérirable nature avait repris le dessus : d'habitude je ne me comportais pas en jeune fille prétentieuse ni pour une fi-fille à papa. Tout simplement parce que je n'avais pas été élevée de la sorte. Ma tante et mon oncle était des gens très ordinaire. je veux dire par là qu'ils ne sont pas des mutants, qu'ils ont leur petit boulot, ils ont assez d'argent pour vivre agréablement ... Exactement comme des milliers d'autres personnes en France. Pour ma tante, chaque journée avait son bonheur. Quand j'ai commencé à habiter chez elle, elle buvait beaucoup. Avec une petite fille chez soi, on évite de se montrer dans un état pitoyable, c'est pour ça qu'elle avait arrêtée de boire, elle s'était trouvée un travail et maintenant, chaque journée était merveilleuse. Souvent, mon oncle me remerciait d'avoir fait tout ceci mais je ne comprenais jamais vraiment de quoi il parlait. Bref tout ça pour dire que j'avais vécu dans le bonheur, la modestie. Si mes parents ne m'avaient pas laissés derrière, j'aurais certainement été différente.
Mais revenons au présent : le patron des lieux devait trouver que j'étais un drôle d'énergumène. Sauf qu'après, il me prit totalement au dépourvu : Un sourire vint éclairer son visage, et sa joue droite sur sa main, il était carrément attendrit, mais pourquoi ?

-Tu vois, laisse moi te corriger. Tu t'y es juste mal prise, c'est pas en temps que cliente que tu es supposée me demander à manger. Avant d'être des travailleurs, on est des êtres humains, non ?, qu'il me dit.

Je suis toute à fait surprise, lui aussi à changé de comportement et je ne comprends pas vraiment pourquoi. Il a un bon fond. Je souris un doucement alors qu'il reprend la parole.

- Bon, "monsieur le patron" peut aller se faire foutre, Narcisse Roméa va aller nourrir une jeune fille affamée ! Gratuitement, au fait.

Ah, donc il ne veut pas de mon argent. Il se lève et et part. je me retrouve donc seule entre les rideaux. Au début, j'étais pressé de partir après avoir mangé, bien évidemment. Mais maintenant je voulais en savoir plus sur ce lieu et sur ce drôle de patron. Un cri me tira de ma rêverie :

- ARRÊTES DE NOURRIR TOUS LES CLODOS DU QUARTIER.

Puis, plus rien. Alors, ce n'était pas la première fois qu'il faisait ça ? Ca expliquait son changement de comportement vis à vis de moi. J'attendis quelques secondes voir minutes jusqu'à ce que les rideaux se réouvrent. C'était lui avec un grand sourire. Il m'informe qu'on va bientôt me servir. Je balbutie un "merci" un peu timide avec un sourire un chouia forçé. Il a l'air de s'apercevoir que je ne suis pas très à l'aise, il se rassoit en face de moi et me questionne. Je lui réponds qu'il n'y a rien du tout mais il n'a pas l'air de me croire. bah en fait son changement d'attitude me gêne un peu sans que je sache vraiment pourquoi.
Soudain, un des vigiles de l'entrée arrive et pose une assiette sur la table, sans même me regarder, par contre, le patron a droit un drôle de regard. Mais je ne fais déjà plus attention à eux, je suis concentré sur mon assiette et rien que de la voir je me sens déjà mieux. Je questionne la garçon - il a dit "patron"- en face de moi, il a l'air de m'encourager alors je lâche un "merci beaucoup" et j'attaque mon assiette.

-Pourquoi tu ne veux pas que je te paie ? Et encore merci !

Encore, si j'étais une "clodo" je comprendrais mais là, je pouvais le payer pour le repas etpuis pour me faire pardonner de l'avoir embêté tout ce temps ..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse Roméa
Sans contrefaçon, je suis un garçon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 09/09/2011

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Dim 18 Sep - 20:45

Moment de silence presque embarrassant. Après s'être joyeusement envoyé toute la rancœur procurée par leurs journées respectives, ravissement mutuel, entraide : dur de trouver un sujet de conversation. "Ça va ? Tu n'as pas l'air dans ton assiette, si j'ose dire." (admirez ce jeu de mot presque involontaire), question naturelle à poser pour raviver la discussion. La miss répondit qu'il n'y avait rien. Bon, sans doute que c'est dû à son adolescence : ces mots sont le bouclier de tous les jeunes gens de son âge. Les mots sont bien, d'accord, mais si l'attitude ne colle pas le bouclier est ébréché. Enfin. Comme toute ado', la demoiselle ne voudrait certainement pas s'exprimer et de toute façon peu importait. Elle devait juste être un peu gênée, ça se guérit tout seul ce genre de sentiments.

N'empêche que ce silence... Y'a pas à dire, Narcisse n'aimait pas le silence. Enfin, le silence dans la solitude d'accord, chacun à besoin de se reposer. Mais ces silences où personne ne trouve de sujet de conversation productif et où on se contente de détourner le regard, y'a rien de pire. Et on est tous dans ce cas là.

Alors au final, son regard fixait le rideau, laissant la musique étouffée de la pièce principale lui parvenir jusqu'aux oreilles, guettant le moindre problème et essayant de se représenter ses chères employées dévoiler le fruit de leur travail. Au final, ce n'est rien de plus que de la danse. Provocante, certes, il n'empêche que comme toutes les danseuses, c'est maîtrise des chorégraphies et du rythme, les entrées et l'harmonie du groupe à respecter...

#Thud# Oh, le temps était passé vite, le voilà qui a déjà ramené à manger. Regard noir fraternel dissimulé et réciproque, le temps de s'insulter mutuellement. L'empathie, c'est quelque chose de réellement terrifiant, vous savez. Bref, l'assiette n'était constituée que de quelques pâtes. Bien sûr, c'était pas les jumeaux qui s'occupaient de faire à manger à la maison, ils ne maîtrisaient que le strict minimum au cas où grand-frère passait la nuit avec une "conquête" (qu'elle soit féminine, masculine, hétéro ou homo, d'ailleurs), ou s'absentait pour une toute autre raison. Enfin, c'était quand même bien : au moins les pâtes cuisent vite et l'invitée n'aura pas à attendre davantage. Heureusement, la miss ne faisait pas attention à leurs histoires familiales, et lui demanda si elle pouvait attaquer le plat. Narcisse sourit et lui fit un signe de la main avec un petit "go ahead" anglais que de nos jours, tout le monde comprend.

- Pourquoi tu ne veux pas que je te paie ? Et encore merci !

- Parce que j'ai pas besoin d'argent., de toutes façons, ce n'était pas les quelques euros de la fillette qui les sortiraient du déficit, Et puis, je ne pourrais pas vivre en paix avec ma conscience si je commence à faire payer ce genre de service. Bientôt, selon ce raisonnement, il faudra payer pour donner un renseignement à quelqu'un dans la rue.

Oui, les utopistes existent toujours. Et sont très fiers d'eux, merci.
Quoiqu'il en soit, la réponse sembla satisfaire la demoiselle. Le silence embarrassant pointait à peine son nez que, n'y tenant plus, il fut brisé immédiatement. La main tendue au-dessus de la table, ouverte, sourire. Après tout ça, il est temps d'apprendre le nom de son invitée.

- Narcisse Roméa. Narcisse est mon prénom, tu peux m'appeler comme ça. C'est comme tu veux.

Son nom avait déjà été lâché précédemment dans son élan d'héroïsme, mais sans bien y faire attention. Et autant le répéter, ce sera plus facile à s'en souvenir. Et puis demander à quelqu'un son nom avant de se présenter soi-même ou d'être sûr que l'autre à bien capté le vôtre, c'est très peu poli.

_________________


I can’t separate your sins,
To me you’re acting like you’re twins
This is a mess,
Is this a test?

How many guesses do I get?
Till only one of you is left
You’re quite the same,
If love’s the gain

Caro Emerald - Tangled up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grand-desordre.lolforum.net
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Dim 18 Sep - 21:44

J'attaque donc mon plat de pâtes comme une affamée, si on ne compte pas le fait que j'en suis une. Il y a toujours ce silence gênant, pour une bavarde comme moi c'était presque incroyable. Plus je mange, mieux je me sens, c'est normal je sais mais ce que je veux dire, c'est que mon humeur s'améliore et que je pense être plus joyeuse qu'à mon arrivée.

-Parce que j'ai pas besoin d'argent, qu'il me dit. Et puis, je ne pourrais pas vivre en paix avec ma conscience si je commence à faire payer ce genre de service. Bientôt, selon ce raisonnement, il faudra payer pour donner un renseignement à quelqu'un dans la rue.

Réponse à ma question. d'un côté, il n'a pas tort. Mais c'est quand même très gentil de m'offrir un repas alors que je l'ai fait galérer pendant au moins 20 minutes ! Je dis ça mais moi, j'aurais directement ouvert ma porte aussi. Je sais ce n'est pas pareil parce que moi je ne tiens pas de cabaret. D'ailleurs, en parlant de ça, peut-être que je le retenais ? Bah, si ça avait vraiment été le cas, il serait parti et j'aurais mangé seule. Ou bien, il a peur que je ne fasse une bêtise, ce que je ne comptais pas faire. mais bon, on peut faire des bêtises involontairement n'est-ce pas ?

-Ah d'accord ...

C'est tout ce que j'ai trouvé. Mon malaise n'a pas encore totalement disparu -et ça se voit- mais je commence à me sentir de mieux en meux : j'avais faim et froid et maintenant je suis rassasié et j'ai presque chaud. Tout d'un coup, une main se tend devant moi accompagnait d'un sourire.

- Narcisse Roméa. Narcisse est mon prénom, tu peux m'appeler comme ça. C'est comme tu veux.

J'avalais ma bouchée de pâtes, j'essuyais mes mains je serrais la sienne énergiquement.

-Et bien, enchantée, Narcisse. Moi c'est Linnéa, Linnéa Kaurismäki.

Oui, je suis une grande fan de ces vieux films de James Bond. je bus une gorgée d'eau et comme je voyais que Narcisse avait du mal avec le silence prolongé, je décidais de mettre u n peu du mien. Je ne suis pas particulièrement timide alors qu'est ce que j'avais, bon sang ?! allez, du nerf !

-Euh, je te suis reconnaissqante quoi que tu dises, et euh, ça fait combien de temps que tu es patron ici ?

Bon, bon, je sais c'était pas très original mais que voulez vous ? Je suis en manque d'inspiration ! voilà, j'avais parlé, je retournais donc à mon assiette de pâtes ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse Roméa
Sans contrefaçon, je suis un garçon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 09/09/2011

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Dim 18 Sep - 22:27

- Et bien, enchantée, Narcisse. Moi c'est Linnéa, Linnéa Kaurismäki.

- Kaurismäki... C'est finnois ?

Le petit commentaire pas très utile et totalement random. Hé, ce ne sont pas que les françaises qui aiment à montrer leur peau, que croyiez vous. On a des africaines, des américaines, des asiatiques, des européennes et on avait même eu une australienne il y a longtemps. Enfin de racines australiennes. Histoire familiale compliquée et assez impertinente vis-à-vis du sujet principal. Enfin, toutes ces demoiselles et leurs cultures personnelles avaient peu à peu permis à leur employeur de distinguer grossièrement ce qui était de culture ou d'origine de tel ou tel pays. En France, un nom comme celui-ci était peu répandu, le commentaire était sorti tout seul. Réponse de la demoiselle. Nouveau silence. Damned.

- Euh, je te suis reconnaissante quoi que tu dises, et euh, ça fait combien de temps que tu es patron ici ?

Si elle est respectueuse, car reconnaissante, pas de problème. A force, le virus de l'altruisme devrait se rependre à travers le monde, maintenant qu'elle avait été mise au contact du virus elle allait peut-être le contracter elle aussi et s'en aller rendre le monde plus beau et plus chaleureux. C'était le mode de pensée et la façon d'agir de Narcisse, seul l'avenir nous dirait si elle portera ses fruits.

- Hou, depuis bien cinq ans, je crois. Ce cabaret appartenait à mes parents, ils sont morts avant ma majorité.

Enfin presque. Sa mère était biologiquement décédée il y a deux ans, mais sa mort cérébrale remontait à six ans plus tôt. Étrangement, le sujet restait abordable, pas devant les jumeaux, mais Narcisse semblait avoir passé le cap. Pas par mépris de ses géniteurs, au contraire, plutôt parce qu'il ne fallait pas broyer du noir et s'attarder sur ce contre quoi on ne peut plus rien faire, c'était ce que ceux-ci lui avaient appris. Et puis, les petits frères de 11 ans à cette époque avaient plus besoin de soutien.

- Heureusement, j'ai fait quelques boulots pour avoir l'argent de le conserver tel quel, et je l'ai récupéré à dix-huit ans. On l'a rouvert un an plus tard, au début c'était la vraie galère, mais on a finit par lui faire ressembler à quelque chose.

Et oui, emportement. Ce boulot c'était sa fierté, sa passion, sa vie, sa famille, son héritage, et même ses relations amoureuses (et ses relations sociales normales aussi) étaient toujours plus ou moins rattachées à cet endroit. C'est simple, à part pour les courses ou pour une sortie en couple, Narcisse ne quittait jamais l'endroit. Même son appartement était à l'étage du dessus. Avec son manque d'étude, sa jeunesse et les attaques acérées des religieux, il fallait bien s'y consacrer autant pour avoir une chance de s'en sortir. D'où les cernes et la fatigue de ces temps-ci où on le lui avait pas accordé un instant de répit...

_________________


I can’t separate your sins,
To me you’re acting like you’re twins
This is a mess,
Is this a test?

How many guesses do I get?
Till only one of you is left
You’re quite the same,
If love’s the gain

Caro Emerald - Tangled up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grand-desordre.lolforum.net
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Ven 23 Sep - 21:07

- Kaurismäki... C'est finnois ?

- Non, Norvégien. Tu y étais presque, de toute façon, les noms se ressemblent beaucoup là-bas.

Tiens, ça me faisait un peu bizarre de parler de mon pays natal. Ca faisait environ 10 ans que je l'avais quitté et jusqu'à présent il ne m'avait pas vraiment manqué. Mais là, je me rappelais tout les bons souvenirs : les batailles de boules de neige, les baignades, les saunas ... A Paris il neigeait aussi mais pas autant qu'en Norvège, et puis l'été on ne se baignait pas dans la Seine ! Bref pendant mon petit moment nostalgique, le silence était revenu entre nous. Je lui posé donc ma deuxième question et il me répondit tout de suite:

- Hou, depuis bien cinq ans, je crois. Ce cabaret appartenait à mes parents, ils sont morts avant ma majorité. Heureusement, j'ai fait quelques boulots pour avoir l'argent de le conserver tel quel, et je l'ai récupéré à dix-huit ans. On l'a rouvert un an plus tard, au début c'était la vraie galère, mais on a finit par lui faire ressembler à quelque chose.

Je l'écoute attentivement, je remarque tout de suite qu'il adore ce qu'il fait. Et tant mieux : il n'y a rien de plus ennuyeux que de faire tun travail que l'on déteste. Et puis, dans son boulot, j'étais sure qu'il ne manquait pas de faire plein de rencontres ! Les gens qui ont une telle attitude attire tout de suite ma sympathie : j'adore étudier et travailler et je ne suis fière que des choses que je fais moi même, enfin, je ne sais pas vraiment comment expliquer mais bref on ne peut pas faire un travail que l'on aime pas. On m'a souvent dit que j'étais trop joyeuse, tout ça parce que je profitais de la vie, ridicule.
Bref, je dévisageais le mignon garçon avec qui je discutais et sans m'en rendre compte je restais là sans rien dire en le regardant. Au début il n'avait pas remarqué que je le fixais comme ça puis il planta son regard dans le mien ce qui me réveilla.

-Euh ... Bah woaw ! Ca faisait longtemps que je n'avais pas vu quelqu'un aussi enthousiaste en parlant de son travail ! Je suis contente pour toi !

Bon, d'acord c'était pas très recherché mais j'avais rien en stock et même si normalement j'étais bonne en improvisation, là je devais avouer que quand même j'étais à sec ! Jeregarde alors ma montre, ah oui quand même : 23h17 ! Zut, j'avais pas vu le temps passé ! Je regardais alors de nouveau Narcisse en me demandant comment j'allais lui dire.

-Euh, et bien encore merci ! Vu l'heure je vais pas tarder ! franchement, ca me dérange de partir comme ça je peux pas t'aider ? Je suis apte à faire n'importe quoi !

A peine prooncée, je regrettais à demi ces paroles. mais non, qu'est ce qui pouvait m'arriver ? narcisse était un gentil garçon et je l'appréciais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse Roméa
Sans contrefaçon, je suis un garçon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 09/09/2011

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Ven 23 Sep - 22:10

Norvège... elle venait pas de n'importe où celle-là. Son nom avait bien été suspecté d'origine nordique, mais de là à ce qu'elle en vienne directement... Il faut dire que ces temps-ci, de plus en plus de gens arrivaient de partout, de toutes origines. Eh, c'était le bordel partout, qu'est-ce qu'ils croyaient ? Qu'en passant les frontières, les effets de l'éclipse et les religieux s'estomperait ? En tout cas, elle avait un bon niveau en français. Bilingue ? On se sentirait presque con, avec un nom et un prénom français, et n'ayant même jamais quitté ne serait-ce que Paris... (ô, enfance traumatisée sans partir en vacances d'été. Pauvreté, trois gosses à nourrir, quand tu nous tiens...)

- Euh, je te suis reconnaissante quoi que tu dises, et euh, ça fait combien de temps que tu es patron ici ?

- Hou, depuis bien cinq ans, je crois. Ce cabaret appartenait à mes parents, ils sont morts avant ma majorité. Heureusement, j'ai fait quelques boulots pour avoir l'argent de le conserver tel quel, et je l'ai récupéré à dix-huit ans. On l'a rouvert un an plus tard, au début c'était la vraie galère, mais on a finit par lui faire ressembler à quelque chose.

Silence, cette fois-ci accordé à la respiration après avoir débité passionnément tout ça. Pour le coup, le silence ne lui parût pas si long et problématique que ça. Même les passionnés doivent ménager leurs voix.

- Euh ... Bah woaw ! Ça faisait longtemps que je n'avais pas vu quelqu'un aussi enthousiaste en parlant de son travail ! Je suis contente pour toi !

Nouveau sourire en retour, malgré le "content pour toi" qui signifie généralement "mais moi j'm'en fous un peu en fait". Son humeur s'était éclaircie, et c'était en partie grâce à la demoiselle. Ce n'était vraiment pas le moment de jouer sur les mots pour s'enfoncer. Surtout vu l'heure qu'il était, il y avait bien encore au moins une heure de spectacle, puis même après fermeture, il resterait du boulot : la journée était loin d'être finie ! Et oui, le geste de Linnéa pour vérifier l'heure n'était pas passé inaperçu, et avait naturellement incité son interlocuteur à écarter les rideaux pour jeter un œil à la pendule au coin du hall. Le temps de retourner la tête, elle s'était levée, comptant sans doute partir. Par politesse, et non par sentiment d’infériorité à devoir lever la tête pour lui parler, elle fut imitée.

-Euh, et bien encore merci ! Vu l'heure je vais pas tarder ! franchement, ca me dérange de partir comme ça je peux pas t'aider ? Je suis apte à faire n'importe quoi !

Elle est têtue, cette gonzesse... D'accord, c'est une qualité d'être serviable, mais quand on a dit non, ça ne sert à rien d'insister. Qu'est-ce qu'elle pourrait bien faire, franchement ? Elle pouvait tout de même pas venir boss... quoique. Puisqu'elle insiste... Son regard châtain la détailla de bas en haut, ses doigts tenant son menton dans une mimique de réflexion tout à fait sérieuse. Dix-sept ans, bientôt reconnue "civilement" comme une femme, tenue assez typée...

Hep hep hep ! non, non, NON ! On va pas faire bosser des mineures, question de principes et de dignité. D'un autre côté, dix-sept ans, on l'a dit c'est pinailler... Raah, mais fallait pas non plus se faire des idées ! Elle ne pensait peut-être pas à ça en proposant ses services ! Et pourquoi, cette idée formulée ça comme ça dans son esprit donnait des sous-entendus pire encore que la faire simplement danser en petite tenue !?

Pendant que l’intérieur cogitait, l’extérieur affichait un air perplexe, ne se rendant apparemment pas compte de l'embarras que pouvait causer ce regard insistant sur les formes féminines de son invitée. Ajouter à ça que la personne qui la scrutait faisait une tête de plus, et la gêne de Linnéa pouvait être compréhensible. N'importe quel mec serait passé pour un tordu. Ici en l'occurrence c'était moins choquant puisque Narcisse pouvait presque se vanter d'avoir une silhouette comparable sous ses vêtements délavés. Mais ça, c'était toujours un "secret", du moins pour Linnéa. Puis finalement, le tilt, l'air décidé du type qu'a pris sa décision, mais le regard toujours dans le vide et un sourire inexplicable sur le visage.

- D'accord, c'est toi qui l'aura voulu !

Et sans lui laisser le temps de réagir ou de poser la moindre question, elle fut saisie par le bras, sortie des rideaux et emmenée comme ça (détermination mentale, force masculine dans le poignet et grandes jambes rapides, ah, et âge primant) par la porte des employé(e)s. Pourtant, au lieu de l'emmener dans les loges, côté artistes, leur destination se profila bien du côté des membres du personnel, jusqu'à un petit cagibi. La plantant là, le patron lui tourna le dos, farfouillant dans le petit placard...

- Tadaaaa !

... Jusqu'à sortir une serpillère et un seau, contenant des produits ménagers. Quoi, elle voulait bosser, les mœurs interdisaient de lui faire faire ce genre de boulot (en plus être artiste ne s'improvise pas comme ça) : travaux d'entretien. Et j'arrête tout de suite les féministes : Linnéa aurait été un gars qu'il lui aurait été proposé exactement le même boulot.

_________________


I can’t separate your sins,
To me you’re acting like you’re twins
This is a mess,
Is this a test?

How many guesses do I get?
Till only one of you is left
You’re quite the same,
If love’s the gain

Caro Emerald - Tangled up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grand-desordre.lolforum.net
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Ven 23 Sep - 23:11

Ah mais, qu'est ce que c'était que ça ? Narcisse avait un air vraiment bizarre qui pour tout dire, ne m'inspirait pas vraiment confiance. Bon, j'avais décidé de faire rembourser mon repas et j'étais bien déterminée à faire ce qu'il me demandait. Il me jaugait de bas en haut surtout qu'il ne se privait pas. Là, sur le moment, j'aurais donné n'importe quoi pour savoir à quoi il pensait. Je pris patience et j'attendis que Narcisse reprenne la parole, qu'est ce que je pouvais bien dire moi ?

- D'accord, c'est toi qui l'aura voulu !

Ah bah enfin c'était pas trop tôt ! J'étais supeer excité et curieuse : qu'est ce qu'il allait me faire faire ? Il me surprit lorsqu'il me prit le bras d'un geste brusque, il me sortit des rideaux et me fit passer par la "porte des employés". J'étais contente qu'il est comprit que je ne me sentais pas de partir comme ça alors qu'il avait fait beaucoup de choses pour moi ! Bref, ma curiosité était au sommet lorsque nous entrâmes dans un petit cagibi, il fouilla dans un petit placard alors pendant ce temps j'observais la pièce : rien de bien particulier, une pièce pour des employés. En tout cas, un tel établissement devait avoir des artistes donc ici ce n'était certainement pas les loges !

- Tadaaaa !

Je reportais alors mon attention sur lui, et il me tendait un seau avec une serpillère et des produits ménagers. Ha ha ! Exactement ce à quoi je m'attendais ! Je lui souris et pris tout ce qu'il me tendit.

-Merci !

J'examinais les produits lorsqu'il me demanda de le suivre, ce que je faisais bien sur immédiatement. Il m'emmena dans une salle assez grande, je ne savais pas du tout à quoi elle servait mais je voyais parfaitement ce que je devais faire : la nettoyer !
Il m'expliqua qu'il devait s'absenter mais qu'il revenait vite et je me retrouvais toute seule dans la salle.
Je retroussais mes manches, je ne pouvais pas faire le ménage sans musique alors je sortis mon MP3 d'une poche de ma robe (je l'aimais bien parce qu'elle en avait justement et que ça ne m'obligeait pas à prendre un sac) et je mis mes écouteurs. Coup de chance, chez ma tante c'était moi qui faisais le ménage alors j'étais devenue une professionnelle ! Tout allait bien lorsque la musique m'envahit, j'étais comme ça, ma mère disait que j'avais la plus belle voix qu'elle n'est jamais entendu -pas forcément un compliment mais bon. Alors, à chaque fois je voulais en faire profiter tout le monde, je ne peux m'empecher de chanter ou danser. Horrible n'est-ce pas ? Alors, au bout de 10 minutes environ, prise par un You Are The One That I Want de Grease, je ne pus m'empêcher de chanter avec comme micro le manche de la serpillère. C'était un vieux tube mais tellement entraînant ! Mais, pas d'inquiétude je suis minutieuse donc je continuais à faire le ménage parfaitement.

Tout se nettoyait bien lorsque en reculant dans ma chorégraphie, j'heurtais quelqu'un. Ce devait être Narcisse mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque je reconnus un des vigiles en compagnie d'un homme d'âge assez mûr et bien habillé avec un cigare dont les cendres tâchaient le sol que je venais de nettoyer. J'allais le remballer lorsque je me souvins que Narcisse était le patron ici et que ce monsieur devait me voir comme une simple employée. Le vigile demanda au monsieur de partir et lorsque cela fut fait, il se tourna vers moi, le regard noir. Il me demanda ce que je faisais là et je répliquais que je nettoyais avec comme sous entendus un "Ca se voit pas ?!" pas très discret. Il se vexa et je lui expliquais que je faisais cela en remerciement pour le repas. Bizarrement, il parut s'énerver et il partit comme un fou furieux en rouspétant contre Narcisse, allez savoir pourquoi. Cette salle m'avait parut assez éloignée pour que personne ne m'entende et pourtant ...
J'étais repartit dans mon délire lorsque de nouveau je bousculais quelqu'un, pas possible ça ! Je me retournais et cette fois c'était Narcisse, les sourcils légèrement froncés.

-Excuse-moi, qu'est ce qui se passe ?

Vraiment, qu'est ce qu'il se passait ? J'avais surement fait un truc de mal ..




Ecoute la chanson si tu la connais pas, mais j'en doute ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse Roméa
Sans contrefaçon, je suis un garçon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 09/09/2011

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Sam 24 Sep - 14:56

- Merci !

Bon eh bien, elle avait l'air contente. Au final, c'était vraiment des idées tordues, tout à l'heure. Heureusement qu'elles n'étaient pas sorties à voix haute...

Bon, le spectacle était en cours, qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir nettoyer... ? Tiens, ça faisait une bonne semaine que la remise pour les accessoires n'avait pas été nettoyée. On pouvait bien commencer par ça ! Rangeant les cartons, déblayant de manière générale la salle. Une fois vide, signe de la main pour lui indiquer qu'elle pouvait commencer. Bon, maintenant que c'était réglé le devoir l'appelait. C'était bientôt fini pour ce soir, il allait falloir vérifier s'il n'y avait aucun fauteur de troubles et si tout s'était bien passé. Un petit coup d’œil dans la salle, pas de franc problème à constater. Allons patienter dans le hall.

Devant l'entrée, curieusement il manquait un des jumeaux, le plus jeune. Bon sang, il avait décidé de faire chier son monde ce soir, ou quoi ?

- Hep, Barry. Il est où Benj ?
- Elle est où la fille ?
- Premièrement ne change pas de sujet, deuxièmement je vous ai déjà dit que ça ne vous regardait pas.
- Elle est où ?
- Qu'est-ce que ça peut vous faire, putain ?
- Ça fait que le rapace vient de passer en clamant avoir vu une mineure entrer ! Dis-moi que tu l'as cachée quelque part où déjà faite sortir !
- Putain merde, merde, merde ! Me dis pas qu'il a demandé à Benj' de l'accompagner pour vérifier !
- T'as bien compris, alors elle est où, bordel !?

Sans même prendre le temps de répondre, Narcisse fit demi-tour en courant. Pourquoi maintenant !? Faites qu'ils n'aillent pas dans cette salle avant lui faites que...

Putain de bordel de merde à chier. Au moment où il s'engageait dans le couloir, les deux imposantes silhouettes sortaient de la fameuse salle. La bouche du patron s'ouvrit pour s'expliquer, mais l’indésirable fut plus rapide.

- Gardez votre salive, monsieur Roméa. J'en ai vu juste assez. N'ayez crainte, nous nous reverrons bientôt et vous aurez à ce moment là amplement le temps de vous expliquer. Devant un tribunal, bien sûr.

Putain, ils étaient dans la merde, merde, de chez merde. Impossible d'y croire, après toutes les accusations dont ils s'étaient sortis... Le pire, c'est que cet indésirable de sortait pas de nul part. Un sale ricain qui leur avait déjà fait bien des offres pour qu'ils lui vendent la bâtisse et en fassent un casino. Ce type était un pro de l'hypocrisie et avait multiplié les offres. Apparemment, il devait avoir perdu patience et avait sauté sur l'occasion de les mettre face à la loi... Ça servait même à rien d'aller nier, il avait sans doute eu des sources. Voir même on avait pris en photo la jeune fille entrer. Voir même, prise en photo dans la salle. Et on ne parle pas des caméras de surveillance... Les effacer maintenant serait une preuve flagrante qu'il y avait quelque chose de gênant pour la réputation dessus...

Narcisse ne prit même pas la peine de regarder le ricain dans les yeux ou de le suivre du regard. Cela se serait terminé avec les poings et aurait empiré le dossier. Bouillant de rage, son propre frère non plus de reçut pas le moindre regard. Ce n'était pourtant pas de sa faute, à lui, il avait fait exprès de ne pas emmener le monsieur dans la pièce avec les rideaux, persuadé que son aîné et la demoiselle s'y trouvaient encore. Le regard que le cadet lança alors pouvait passer pour lourd de reproche, alors que c'était plus un "On est tous dans la même merde, là. T'aurais du m'écouter, mais là c'est pas le plus important...". Une fois que les deux hommes disparurent du couloir, il était enfin possible de décharger toute sa frustration. Ouvrant la porte, toisant Linnéa, il fallait pourtant se rendre à l'évidence que c'était pas sa faute, à la demoiselle. Il aurait fallut la foutre dehors plus tôt, voir la ramener chez eux pour la nourrir, et pas la laisser se promener ici en sachant qu'elle était mineure.

Alors quand on ne peut blâmer personne, on peut toujours s'énerver sur les objets. Ainsi le seau au sol se prit un coup de pieds fantastique et un vol plané formidable, rebondissant contre le mur et arrosant la pièce. Mais que serait un pétage de plomb sans un juron ?

- MERDE, PUTAIN !

Un instant de silence. Comme auparavant, pour se calmer et respirer un peu, un silence bienvenu. Malgré tout, même si sa seule envie était de taper une crise d'hystérie, il ne fallait pas oublier qu'il y avait quelqu'un d'autre qui n'avait toujours pas quitté la pièce.

- Pardon... C'est pas ta faute...

Profonde inspiration, pour paraître calme malgré la sentence qui planait au-dessus de ses affaires.

- Tu vois, ce mec... C'est pas franchement le type de mec à qui j'aurais aimé montrer les failles dans mon système. En l’occurrence faire venir une mineure...

Le patron, qui espérait pouvoir le rester, s'affala contre le mur et se laissa tomber sur les fesses, le visage entre les mains, se lamentant.

- On est dans la merde, mais dans la meeerde !
Spoiler:
 

_________________


I can’t separate your sins,
To me you’re acting like you’re twins
This is a mess,
Is this a test?

How many guesses do I get?
Till only one of you is left
You’re quite the same,
If love’s the gain

Caro Emerald - Tangled up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grand-desordre.lolforum.net
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Sam 17 Déc - 22:59

Mon seau vola et un magnifique jura fut entendu dans la salle. Bon, quelque chose n'allait vraiment pas et comme je n'étais pas forcément une idiote j'étais sure et certaine que la colère de Narcisse avait un rapport avec l'immonde homme qui accompagnait un des vigiles. Puis, silence. Comme si il en avait besoin, j'attendis patiente et muette. Ca devait avoir un rapport avec moi, c'était obligé ! Il s'excusa, disant que ce n'était pas ma faute mais bizarrement, ça ne me rassurait pas du tout au contraire je commençais à culpabiliser ! J'attendis encore, j'espérais que malgré tout il finirait par m'expliquer ce qui se passait exactement ici. En fin il m'expliqua mais entre les grosses lignes :

- Tu vois, ce mec... C'est pas franchement le type de mec à qui j'aurais aimé montrer les failles dans mon système. En l’occurrence faire venir une mineure...

Donc, si je résume : j'arrive dans un endroit qui m'est totalement inconnu je réclame, comme une princesse, de manger et pour remercier mon hôte, pour me donner bonne conscience, j'insiste pour lui rendre un service qui au final le met dans la merde jusqu'au cou voir plus. Aïe ! Bon, peut -être que je dramatisais un peu : si il faut, cet homme n'allait rien faire et laisser Narcisse tranquille.

- On est dans la merde, mais dans la meeerde !

Un pincement au ventre et au coeur, une bouffée de chaleur, un rougissement des joues et des oreilles peut-être. Tout ça été de ma faute. Je me sentis très mal presque a en avoir des vertiges. Non mais qui j'étais ou plutôt, qu'est ce qui m'avait pris ? A mon habitude j'étais pas autant une chieuse, non ? Bref, je pouvais pas rester là à attendre que quelque chose se passe. C'est vrai que je ne connaissais pas Narcisse depuis longtemps mais le voir dans cet état n me faisait pas du tout plaisir mais vraiment pas du tout ! Je pris une chaise et je m'assis à côté de lui. Réflexion.
Il avait l'air vraiment mal. Je m'éclaircis la gorge :

-Je suis désolée ... Mais dis moi, quelles sont nos issues ?

De plates excuse, c'est vrai mais je ne voulais pas m'épancher dessus ça n'aurait servi à rien. Il tourna la tête vers moi et je regardais dans le fond de ses yeux, je compris alors qu'il réfléchissait à toute vitesse. Je tournais la tête, fermais les yeux et fis de même. On avait pas beaucoup d'options, voici en gros, ce que je peux rassembler comme solutions : soit je me faisais passer pour ne cousine, soit pour une stagiaire soit pour la petite amie d'un employé soit pour la soeur d'un meilleur ami. Mais bon, si on voulait s'en sortir sans trop de dommages il faudrait mentir ou sinon, on pourrait balancer toute la vérité, peut-être triompherait-elle ? Je me massais doucement le crâne lorsque j'entendis Narcisse bougeait. Réflexe, je tourne la tête vers lui et je le regarde fixement, un air interrogateur sur le visage.

-Oui ?

Pourvu qu'il ait trouvé une idée de génie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse Roméa
Sans contrefaçon, je suis un garçon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 09/09/2011

MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    Dim 18 Déc - 15:04

*Bon, et si je lui pétais la gueule à cet enfoiré ?*

L'idée était tentante. Hop, on balance le corps dans la Seine ou on l'enterre sous la maison, puis on accuse Dieu de l'avoir enlevé pour atteinte à je-ne-sais-quel-illustre-commandement-qui-fait-état-de-l'interdiction-aux-jeux-d'argent, comme ça on se fait ami-ami avec le clergé autour d'une bonne tasse de thé. Qu'est-ce qui empêchait se rêve de se concrétiser au fait ? Oh oui, la morale. Eh ouais, on a beau se liguer contre l’autorité et foutre au feu le principe du péché de luxure, ça n'empêche pas qu'on est des lavettes devant la société. On peut pas commencer à tuer des gens comme ça. Religieux ou non, ça se fait pas.

En plus, il devait être loin maintenant. Si seulement la panique avait diminué son temps de réaction au lieu de l'augmenter. Ils (si si, ça arrive que les frères fassent équipe) l'auraient collé au sol, ou au mur, peu importe, et auraient pu entamer des "négociations". Sinon on pouvait le dénoncer avant à la justice ! Mouais, mais il fallait des preuves. Putain, pourquoi fallait-il que la première fois où ils désobéissaient à la règle (et ce n'était pas faute d'avoir essayé de la respecter), môssieur se pointe en toute impunité ? Et si ces demeurés avaient fait leur boulot correctement aussi ! Avec leur poste, ils auraient pu le virer ! Un vigile c'est supposé virer les indésirables, non ? Ils font bien une tête de plus que lui !

Enfin, on ne refait pas le monde avec des si. Et là, il fallait trouver une solution rapidement. Pourtant, la réflexion n'avait jamais été son fort. L'impulsif, ça oui, mais pour la réflexion faudra repasser. Tout ça lui filait la nausée, ce qui ne l'aidait pas à faire le point sur ses idées. Même, plus on y réfléchissait, plus l'envie se faisait omniprésente dans son esprit de se barrer en courant et de l'attendre devant chez lui pour lui casser la gueule. Comment ça, on ne savait pas où il habitait ? Comment ça, on se retrouverait cette fois en procès pour agression physique ? Ça c'est sûr, y'a pas plus con comme idée.

- Linnéa ? Je peux t'adopter ?

Ah si, y'a plus con, en fait. Même Narcisse le savait. Après tout, les adoptions ça prend plusieurs mois, même en s'y prenant maintenant le procès serait déjà passé depuis longtemps, en plus on prend pas les demandes venant de gens suspects au casier judiciaire menacé. Et elle était peut-être même pas orphelines, y'avait même plus de chances que non en plus. Comment ? C'est pas ça le plus stupide dans l'idée ? Ah oui, c'est vrai la moralité. Ça s'en va et ça revient ~ Rejetant sa tête en arrière, constatant sa connerie, un boum sonore retentit sur le mur.

- Bordel de merde.

Spoiler:
 

_________________


I can’t separate your sins,
To me you’re acting like you’re twins
This is a mess,
Is this a test?

How many guesses do I get?
Till only one of you is left
You’re quite the same,
If love’s the gain

Caro Emerald - Tangled up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grand-desordre.lolforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Découverte d'un monde    

Revenir en haut Aller en bas
 
Découverte d'un monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Documentaire : A la découverte du vrai monde Harry Potter
» A la découverte du monde féerique et rocambolesque des contes...
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lupus Dei :: RPG - PARIS :: Patrimoine culturel :: Opéras, théâtres et salles de spectacle-
Sauter vers: