A Paris se joue une pièce de théâtre macabre dont vous êtes les acteurs...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La solitude est la pire chose qui existe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: La solitude est la pire chose qui existe    Dim 28 Aoû - 17:37

Voilà deux moi que je travaillais pour "Le roi de la crème glaçée", suuper ! Les deux moi d'été qui m'avait permis de louer un petit appart super sympas pas très loin du centre et de mon école ou je commencerais ma première année dans une semaine ! J'avais réussi mon bac et mon entrée à l'école de dessin de Paris, ce n'était pas rien, et sans le cacher j'étais plutôt contente de moi !
Aujourd'hui j'emménageais, c'était le grand jour ! Normalement je devais avoir un ou une coloc mais apparemment il viendrait plus tard. C'était un studio pour étudiant avec deux grandes cambres, une salle de bain (argh!) et une cuine avec un salon ssez spacieux. Je pris la chamabre la plus près de la salle de bain, premier arrivé, premier servi ! Mais toutes mes affaires ne prenaient pas énormément de place, donc mon coloc ne pourrait pas se plaindre ! J'avais fini de m'installer en milieu d'après midi - pour dire que je n'avais pas grand choses ! Je pris une douche rapide et je me décidais à sortir un peu pour visiter le quartier et
faire des courses, il fallait bien que je mange ! Je sortis donc ...

Je me baladais tranquillement dans les rues, je vis plein de choses interessantes : une supérette, des boutiques chics, un jardin, le métro n'était pas trop loin bref, un petit paradis ! Alors que j'admirais ma "nouvelle" ville, je sentis une fortepression sur mon bras, quelqu'un m'avait attrapé. Je me suis retournais et je le dévisageais : un homme trapu, avec une cape, des bottes noirs tachées, une grosse barbe.
Je fronçe les sourcils, je ne le connais pas, amors qu'est-ce qu'il me veut ? ...

-Oh excusez moi, je me suis trompé de personne ! me lacha t il

Et il repartit. Je vérifiais que j'ai encore toutes mes affaires sur moi, mais oui, tout était bien là. Bizarre. Je repris mon chemin et tout d'un coup, à l'angle d'une rue, je tombe nez à nez avec ... un musée ! J'aime bien les musées ! Ce me permet de me changer les idées. Meme si ce n'est qu'un tout petit musée comme celui ci, tout tout petit. Toute contente de ma trouvaille, j'entre dans le musée.
Il n'y a pas grand monde, même personne ! Trois quatre personnes a tout casser, je paie mon ticket et j'entre. Je passe devant plusieurs tableaux puis tout d'un coup, je m'arrête devant un qui m'a tapé dans l'oeil : une femme est au bûcher et les hommes autour acclament le spectacle. Un frisson glisse le long de mon dos, je m'assieds sur le banc en face et je le contemple. "Solitude" tel est son nom.
La solitude est la pire des choses...
Je baisse la tête, je pense à Eléa et à ma vie d'avant, je ne peux empecher une larme de couler. Je suis seule.
La solitude est la pire des choses ...
Soudain une main se pose doucement sur mon épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: La solitude est la pire chose qui existe    Lun 29 Aoû - 22:50

A Paris, Cyana était aux anges. La ville était bourrée de musées, certains célèbres, d’autres petits et inconnus, mais ce n’est pas ce qui l’important. Elle, elle voyait les montagnes d’œuvres d’arts à admirer, analyser, reproduire, c’était le rêve pour la jeune peintre qu’elle était.
Elle avait passé au crible toutes les cartes, toutes les brochures, tous les organismes de tourisme pour faire la liste de tous les musées de la Ville des Lumières, sans en oublier un seul. Et depuis, elle les écumait, en long, large et travers, y passant toutes les heures de libre qu’elle avait. Sa Darling râlait beaucoup parce que quand elle écumait les musées, elle se concentrait moins sur elle. Cyana avait beaucoup ri, lui disant qu’elle n’avait pas besoin d’être jalouse, qu’elle serait toujours la première dans son cœur.
Et Cyana avait filé dans ses musées adorés, commençant par un petit dans un quartier perdu. C’était le genre de musée où les responsables étaient de vrais passionnés, faisant leur métier depuis des années et pouvant en parler pendant des heures sans se lasser. Ils aimaient bien les « p’tits jeunes » comme elle.
Elle était entrée de très bonne heure, dès que le musée avait ouvert. Elle avait été la première, et la seule pendant longtemps. Le gardien lui avait adressé deux-trois mots gentils, puis l’avait laissée à sa contemplation pour aller faire des mots croisés.
Cyana avait fait l’analyse de plusieurs tableaux, et avait réalisé pas mal de croquis, elle était très satisfaite. D’autres passionnés de peinture s’étaient avaient rejoint le musée, observant tout comme elle les œuvres d’art.
Elle partageait sa salle avec une jeune fille d’environ son âge, aux cheveux sombres. Cette dernière était assise devant un tableau aux couleurs vives. Cyana reconnut un tableau représentant une femme brûlée à l’époque des sorcières. Elle se rapprocha, elle n’avait pas encore analysé ce tableau, pourtant magnifique.
La blonde commençait à écrire dans son petit carnet toutes les notes sur le tableau, tout en jetant des coups d’œil à droite et à gauche, question d’habitude. La fille à côté d’elle semblait ne pas aller bien. Des larmes coulaient silencieusement sur son visage alors qu’elle fixait le tableau, comme hypnotisée.
Cyana avait un faible, une très grosse faiblesse : les gens émus devant un tableau. Ils s’attiraient tout de suite sa sympathie, peu importe le sexe, l’âge ou d’autres critères de ce genre.
Doucement, elle posa sa main sur l’épaule de la fille, prenant la parole dans un murmure.
- « La solitude ». Terrible tableau, n’est-ce pas ? Cette femme est entourée, mais elle est seule. Seule, car elle est différente, et les gens ordinaires l’ont rejetée. Ces hommes n’ont pas voulu voir qu’elle était comme eux, même si elle était spéciale. Le genre humain a peur de la différence, et la détruit pour ne pas y faire face.
Cyana n’en avait pas conscience, mais elle décrivait exactement les actes de l’Inquisition. Elle était trop endoctrinée par les préceptes de l’Eglise pour s’en rendre compte. Elle sourit à la fille, qui la regardait, le visage encore baigné de larmes et lui tendit un kleenex qu’elle avait pioché au fond de son sac.
- Ça va aller ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Re: La solitude est la pire chose qui existe    Sam 10 Sep - 18:04

Ma première réaction fut de sursauter, une main se trouvait sur mon épaule alors que quand je m'étais assise, je n'avais vu personne. Je tournais doucement la tête et je vis une personne tout à fait charmante : certes d'une grande taille et fine mais je ne l'imagine pas du tout petite ! Un visage fin est encadré par de magnifiques cheveux blonds et longs avec des reflets très jolis. La jeune fille me fixe de son regard bleu, et je vois une lueur de sympathie qui me réchauffe tout de suite le coeur. J'ai bien le droit d'être sensible non ? Sa petite tirade sur le tableau est totalement vrai, j'ai beau avoir de la famille en région parisienne, je me suis toujours sentie seule mais je me refuse de l'admettre mais aujourd'hui, je ne pouvais plus trop me mentir parce que cette jeune fille m'avait prise en plein entrain de verser quelques gouttes. Ce tableau était impressionnant, il m'avait touché, mais enfin ça arrivait souvent avec moi. La fille sortit un mouchoir de son sac me le tendit et sourit. Je l'acceptais sans hésitation. Je m'essuyais le visage, en souriant aussi mais d'un air un peu gêné.

-Oui oui merci, c'est gentil pour le mouchoir. Ce tableau est ... captivant est ce que vous avez dit est tellement vrai. lui dis je

Je m'étais levée pendant que je lui répondais et j'avais de nouveau tournéla tête vers le tableau. Je me sentis de nouveaux triste mais je me réssaisis avec une vitesse assez phénoménale, je n'avais pas très envie que cette jeune fille croit que quelque chose de triste m'était arrivé - même si c'est vrai. Je vis alors qu'elle tenait à la main un carnet de croquis. Ma curiosité piquée à vif, un énorme sourire vint s'épingler sur mon visage, j'avais les yeux encore un peu rouges mais bientôt ça disparaitrerait. Elle dessinait elle aussi ? C'est dingue comme il y avait de plus en plus d'artistes parmis les jeunes.

-Vous dessinez ? Vous voulez bien me montrer ?!
Tout à mon excitation je ne me rendis compte qu'après que j'étais certainement envahissante, je me repris tout de suite.
-Oh euh ... Excusez moi mais je ne peux pas m'empecher de vouloir regarder les dessins de quelqu'un qui partage la meme passion que moi. Parce que vous la partagez, hein ?!Oh désolée je dois être vraiment envahissante mais je ne peux pas m'en empecher ! Vous venez souvent dans ce musée ? Vous voulez bien me servir de guide ?
Oups, bah voilà j'étais trop excitée maintenant.
-Oh mais vous êtes certainement occupé? ... Peut être une autre fois alors ? Hum ... Qu'en pensez vous ?

Je ne lui avais pas laissé placé un moindre mot. La pauvre devait me prendre pour une folle furieuse et elle devait penser que j'avais un dédoublement de la personnalité, vu à quelle vitesse je m'étais remise. Mais je n'avais plus envie de penser à ce tableau là et j'espérais qu'elle le comprendrait, sinon ... bah tant pis !
Toujours avec mon sourire niais sur le visage, j'insistais.

-Alors ?

Il me semblait qu'elle souriait doucementmais je n'en étais pas sure, elle mit un peu de temps à répondre -certainement une pause théâtrale. Ce serait vraiment géniale si elle acceptait d'être mon guide !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: La solitude est la pire chose qui existe    Dim 11 Sep - 20:34

La fille accepta le mouchoir de Cyana et essuya ses yeux en remerciant la jeune peintre d’un sourire sincère, quoiqu’un peu gêné.
_ Oui, oui merci, c’est gentil pour le mouchoir, répondit la fille.
_ Je t’en prie…déclara la blonde en optant pour le tutoiement.
Cette fille semblait avoir son âge, voire même plus jeune, Cyana pensait qu’elle ne verrait pas d’inconvénients à ce qu’elle ne la vouvoie pas, bien qu’elle-même ait commencé ainsi. La fille poursuivit :
_ Ce tableau est…captivant, et ce que vous avez dit est tellement vrai.
L’adolescente se leva en parlant, les yeux fixés sur le tableau, visiblement captivée par lui. Cyana ne la quitta pas du regard, remarqua son vif redressement des épaules, signe qu’elle se remettait, ce qu’elle avait fait étonnement vite. Elle jeta un coup d’œil au croquis que la jeune peintre tenait, et un sourire éblouissant étira ses lèvres, tandis que ses yeux se teintaient d’émerveillement.
_ Vous dessinez ? S’exclama-t-elle. Vous voulez bien me montrer ? !
Cyana jeta un vague coup d’œil à son calepin, sur lequel s’étalait toutes ses notes et ses croquis. Elle n’était pas spécialement prude, mais dévoiler son carnet, c’était un peu se dévoiler elle, et elle était un peu réticente à cette idée. Cependant, la fille poursuivait déjà :
_ Oh, euh…Excusez-moi, mais je ne peux pas m’empêcher de vouloir regarder les dessins de quelqu’un qui partage la même passion que moi. Parce que vous la partagez, hein ? ! Oh, désolée, je dois être vraiment envahissante, mais je ne peux pas m’en empêcher ! Vous venez souvent dans ce musée ? Vous voulez bien me servir de guide ?
Cyana écarquilla légèrement les yeux suite à cet enthousiaste monologue. Elle n’avait même pas pu en placer une. Elle ne répondit pas tout de suite, et elle eut raison, car son interlocutrice reprenait à nouveau la parole, après avoir repris une goulée d’air dont elle avait sûrement bien besoin.
_ Oh, mais vous êtes certainement occupée ? Supposa-t-elle. Peut-être une autre fois alors ? Hum…Qu’en pensez-vous ?
Enfin, elle se décidait à se taire ! Cyana remercia intérieurement Dieu tout en lui demandant pourquoi il avait cru utile d’amener cette bavarde à croiser sa route. Il devait certainement y avoir une bonne raison, ne dis-t-on pas que les voies du Seigneur sont impénétrables ?
Devant le mutisme de la blondinette, l’adolescente volubile insista, un grand sourire sur le visage :
_ Alors ?
Cyana hocha la tête avec un petit sourire, légèrement moqueur, qu’elle réussit néanmoins à faire passer pour amical. Elle n’aimait pas trop les gens bavards, à part avec sa Sachenka, elle était quelqu’un qui parlait peu. Les bavards la fatiguaient, et elle les laissait parler tout en pensant à autre chose, la plupart du temps, même si il lui arrivait de craquer et de leur hurler de la fermer.
_ Alors, tout d’abord, je ne suis pas occupée, répondit-elle. Oui, je dessine, mais ce qu’il y a dans ce calepin ne sont que des notes, rien d’intéressant. Quand à une éventuelle visite du musée, j’aurais du mal, c’est la première fois que je le visite.
Cyana pensait bien à avoir répondu à toutes les éventuelles questions de son interlocutrice. Elle referma soigneusement son précieux cahier et adressa un nouveau sourire à la fille et poursuivit :
_ Mais je reste ici encore un moment, on peut visiter ensemble ?
Cyana écarquilla les yeux, stupéfaite : ces paroles étaient sorties de sa bouche sans qu’elle puisse y faire quoi que ce soit. Qu’est-ce qui lui avait pris ? La volubilité de son interlocutrice avait déteint sur elle ou quoi ? C’était possible, une chose pareille ? Heureusement, son étonnement sembla passer inaperçu aux yeux de la fille brune qui lui faisait face. Celle-ci préparait sûrement un autre monologue, Cyana s’y attendait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Re: La solitude est la pire chose qui existe    Sam 17 Sep - 15:47

J'avais beaucoup parler et pour rien dire. Il était rare que je m'enflamme autant, le plus souvent je ne trouvais rien pour raviver cette flamme morte au fond de moi. mais sans vraiment savoir pourquoi, je voulais avoir la compagnie de cette fille aujourd'hui. Elle avait répondu à toutes mes questions sauf à celle concernant son carnet de dessin. Mais je supposais qu'elle l'avait fait exprès, elle ne voulait peut être pas me le montrer ce que je comprenais parfaitement : les dessins étaient quelque fois une représentation de nous mêmes. Elle accepta que l'on visite le musée ensemble, je suis super contente, je ne me voyais pas le visiter seule et puis c'est toujours une occasion de faire de nouvelles rencontre.

-Et bien, qu'attendons-nous ? Allons-y ! lui dis je.

Et toute joyeuse que j'étais, je commence à partir vers le prochain tableau. La jeune fille blonde avait l'air suprise, comme si elle s'attendait à un notre monologue. Mais non, ce qu'il fallait faire quand on visitait un musée c'était de le faire en silence, de s'imprégner totalement du lieu. Lentement, nous visitâmes ce petit musée. Il n'y avait pas que des tableaux, des sculptures se trouvaient un peu partout, une salle audiovisuel était la aussi. Bref, plein plein de choses plus interessantes les unes que les autres. Je m'amusais beaucoup même si ce n'était pas le terme exacte, on va dire que j'appréciais beaucoup cette petite visite, voilà, c'est mieux. Mon accompagnatrice ne parlait pas beaucoup, elle était absorbé par les tableaux, surtout. Mais elle n'avait pas réouvert son carnet depuis que nous avions commencer la visite ensemble, je l'embêtais peut-être ? Mais non ! C'était elle qui m'avait proposé la visite ensemble, oui mais je lui avais demandé avant ... Beaucoup d'idées contradictoire se croisaient dans ma tête mais tout d'un coup je revins à la réalité : je venais d'heurter la jeune fille blonde car elle s'était arrêtée.

Elle semblait ne même pas avoir remarqué que je lui avais foncé dedans. Elle regardait fixement quelque chose, comme horrifié par ça. Me frottant le nez, qui avait le plus pris dans le carambolage, je décalais pour voir ce qu'elle regardait comme ça. Et là je vis une magnifique sculpture en taille réelle d'un pape essayant d'empaler un homme avec des ailes -un mutant ? Ma camarade s'était arrêtée et elle semblait penser à beaucoup de chose d'un coup. Avant elle avait l'air heureuse mais là ... euh, je n'avais pas vraiment de mot pour décrire son visage et la lueur dans ses yeux.

-Euh, tout va bien ?

Ma tentative avait lamentablement échoué. Je fis le tour pour l'aoir en face de moi mais elle ne broncha même pas. Je passais la main plusieurs fois devant son visage mais elle ne la voyait pas, je la touchais à l'époule, la secouais mais elle ne le ressentait pas. Inquiète, je voulus l'asseoir en attendant qu'elle se remette mais elle ne voulait pas bouger. Alors c'est moi qui finis par m'asseir : alors que je me dirigeais vers un banc qui était à deux pas de nous, on m'attrapa avec force l'épaule. C'était elle, la tête baissé. J'entendis un petit murmurement, je priais pour que ce soit un "ça va, merci" et d'un coup elle releva la tête.


PS : Désolée, je te fais travailler ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: La solitude est la pire chose qui existe    Sam 17 Sep - 22:12

_ Hé bien, qu’attendons-nous ? Allons-y !
La fille avait sauté sur l’occasion quand Cyana lui proposa de visiter le musée à deux. Visiblement, cette idée la réjouissait énormément, peut-être même plus que de raison. La blondinette ne comprenait pas un tel enthousiasme, elle-même étant plutôt discrète, à part quand elle se mettait en colère, ce qui en général n’était pas une partie de plaisir pour ceux qui étaient sa cible. Mais bon, étant donné que c’était elle qui avait proposé cette visite à deux, elle ne pouvait plus reculer maintenant. Et puis, cette fille n’était pas si désagréable que ça, elle paraissait gentille, incroyablement gentille, peut-être même trop…
Cyana chassa ses idées de sa tête avant qu’elle ne prenne un tour plus machiavélique. Il n’était pas question de se servir de cette écervelée, ça signifierait de se la supporter plus longtemps que nécessaire.
Elle se contenta de suivre la petite brune qui, chose étonnante, commençait à marcher sans se lancer dans un nouveau monologue. La jeune peintre esquissa un sourire légèrement moqueur à cette idée, qu’elle effaça néanmoins bien vite.
La visite se passa dans un silence presque total, la fille observait tableaux, sculptures et autres avec admiration et respect. Cyana apprécia cette attitude, c’était celle qu’il fallait dans un musée. La peintre était un peu solennelle avec l’art, elle l’admettait volontiers. Pour elle, c’était presque aussi sacré que son amour pour Dieu. Toutes les œuvres d’arts étaient plus belles les unes que les autres, Cyana se régalait, même si la présence de l’adolescente l’empêchait de prendre des notes. Ce n’est pas que sa présence était désagréable, mais Cyana n’aimait pas montrer ses notes, par une gêne inexplicable et surtout stupide. Elle n’avait pas à se sentir gênée devant cette fille, qui n’avait sûrement pas les faveurs de Dieu, comme elle !
Alors qu’elle pensait rouvrir son carnet malgré la fille en songeant à l’envoyer au diable si elle s’y intéressait d’un peu trop près, Cyana aperçut une sculpture qui la stupéfia. C’était une statue de marbre, représentant une scène horrible et choquante. C’était une taille réelle du vénéré pape, tenant une épée magistrale dans ses mains et pourfendant avec un homme ailé. Cyana fronça le nez : cet homme était sûrement un mutant, une créature du diable, rejetée par Dieu. Il méritait le sort qu’on lui infligeait !
Mais ce qui n’était pas admissible, c’était que celui qui sauvait l’âme de l’impie soit le pape. Le pape était un homme parmi les hommes, l’élu choisi par Dieu pour le représenter sur Terre, pour guider le commun du mortel dans sa Voie. Le pape était un Saint, il ne tuerait jamais un être vivant, fut-il un mutant ! Cette tâche était déléguée à des gens comme elle, Cyana, comme Aleksandra et comme tous les autres Inquisiteurs, ceux que Dieu avait choisi pour purifier le monde. Le Pape était un homme bon, qui ne faisait aucun mal aux gens, bien au contraire ! Il essayait de toutes ses forces de les guider vers Dieu. L’imaginer tuer ainsi une personne, fut-ce un mutant, était une hérésie !
Une immense colère naquit dans le cœur de Cyana, et prit une ampleur phénoménale. Elle se força à respirer calmement, l’artiste qui avait créé cette sculpture était sûrement un impie aussi, un de ces grotesques imbéciles qui défendaient les mutants, ceux qui assuraient que ces erreurs de la nature étaient des humains comme les autres. Il ne méritait pas que Cyana se mette en colère pour lui. Néanmoins…
Folle de rage, elle attrapa l’épaule de la fille qui l’accompagnait.
_ On s’en va, grogna-t-elle.
Et aussitôt, la blonde entraîna l’adolescente avec elle à l’extérieur. Celle-ci n’allait sûrement rien comprendre, mais Cyana n’était pas en mesure de lui donner une explication pour le moment. D’abord, elle devait sortir de cet endroit infâme, et prendre l’air. C’était vital, car sinon, elle savait qu’elle ne parviendrait pas à se contrôler. Et dans ces cas-là, elle était capable de détruire la personne ou l’objet qui avait attiré son courroux. Oui, il valait mieux sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Re: La solitude est la pire chose qui existe    Dim 18 Sep - 9:53

Bon, alors ce n'était apparemment pas un "je vais bien" mais plutôt "on se casse". Et oui, je suis très perspicace. Tout d'abord comment je l'ai su : la jeune fille blonde n'avait pas l'air d'aller mieux, du tout. Elle m'avait attrapé l'épaule et elle se dirigeait vers la sortie. Ce que je ne comprenais pas trop était : pourquoi cette statue la choquait à ce point ? Et pourquoi est ce qu'elle m'emmenait avec elle ? Certes, on avait visité le musée ensemble mais le fait qu'elle me prenne avec elle pour partir était étrange : comme si nous nous connaissions depuis un bail.
Je jette un dernier regard vers la statue dont nous quittons la salle. C'est vrai qu'elle est choquante, le Pape ne tuerait pesonne de cette manière, et encore, il ne tuerait personne tout court. Peut-être que cette fille était une excellente croyante et que tout ceci l'avait choqué. ce qui expliquait partiellement son comportement.
Je regardais les salles que nous avions vue précédement mais elles passaient à la vitesse de l'éclair. C'était une rapide, soudain une question qui n'avait aucun rapport me vint : elle faisait de l'athlétisme pour être aussi rapide ? Mais bref, là n'était pas le problème. Moi je ne faisais que suivre son mouvement. Après tout, il commençait à être un peu tard, début de soirée et je n'avais toujours pas fait mes courses. Ce qui explique le fait que je ne réplique pas.
Nous passons devant l'entrée et les gens nous regardent bizarrement. La fille passe comme un coup de vent devant eux, elle ne les salue même pas. Ce n'est pas très poli mais dans son état, il vaut peut-être mieux qu'elle les ignore. Je ne savais pas si c'était le genre de fille à crier pou que l'on enlève cette "horreur" du musée. Mais lui aussi, le musée, était coupable : il avait accepté d'exposer cette statue.
Bref, pendant que je suis dans mes profondes réflexion, nous sommes sortis dehors. La fille à l'air d'aller mieux. Comme si l'atmosphère du musée l'énervée. Je suis bonne en endurance, ce qui explique le fait que je n'étais pas du tout essouflé par cette course éffréné, et la jeune fille non plus. Un silence s'installe pendant le quel aucune de nous ne parle ni bouge. Quelques secondes passent puis je prends la parole :

-Euh ... Est-ce que tu vas mieux ?

Je suis un peu inquiète quand même, elle n'avait pas l'air dans son assiette tout à l'heure. Elle ne bouge pas, puis, elle se relève et me sourit. Mais je vois bien que c'est un sourire un peu forçé. Mais elle ne me répond toujours pas. Alors j'attends, il ya bien un moment où elle va ouvrir la bouche ne serait-ce que pour me dire "Bah merci de la visite et à la revoyure !". Je m'en contenterais, je n'ai pas envie de l'embêter.Je suis très patiente quandje me veux et là, je le veux. Je shoote dans un caillou qui va percuter un autre. La fille ne bouge toujours pas, alors je commence à passer dans ma tête un air que j'aime beaucoup et je ferme à demi-yeux les yeux, le visage vers le ciel comme si je prenais un bain de soleil. Soudain, j'entends un mouvement à ma droite. Elle s'éclaircit la voix. Je suis curieuse de savoir ce qu'elle va me dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: La solitude est la pire chose qui existe    Dim 18 Sep - 16:08

Pourquoi Cyana emmenait l’adolescente bavarde avec elle hors du musée ? Elle ne savait elle-même pas trop pourquoi. Peut-être parce qu’elles visitaient le musée ensemble, et qu’un reste de « raison » lui avait soufflé qu’on ne laissait pas en plan quelqu’un avec qui on était censé se promener. Si tant est qu’elles se promenaient dans un musée, bien sûr…Le truc, songea la jeune fille distraitement, c’est qu’elles ne se connaissaient absolument pas. Elles ignoraient même le prénom l’une de l’autre. Alors, en quoi laisser cette fille en plan était un problème ? Elle se serait posé des questions un moment, puis Cyana aurait quitté son esprit pour n’y plus revenir. C’était ridiculement simple, pourtant la jeune peintre l’emmenait avec elle à l’extérieur. Elle ne chercha pas à comprendre le pourquoi du comment, elle savait de toute façon qu’elle était étrange, ce devait être une autre manifestation de ses bizarreries.
Les deux filles traversèrent le musée en un éclair, la pauvre adolescente entraînée par une Cyana qui avançait le plus vite qu’elle pouvait, ce qui n’était pas rien, suite à l’entraînement draconien qu’elle avait subi au Vatican. Cyana était très rapide, et elle s’étonna même que la brune parvienne à la suivre. Peut-être celle-ci faisait également du sport ? En tout cas, elle ne semblait pas protester d’être entraînée de la sorte, ce qui était une bonne chose pour elle, car la pauvre en résistant se serait pris toute la colère de Cyana. La blondinette s’emportait très vite, et ceux qui tentaient de l’arrêter subissaient aussi son courroux.
Elles passèrent devant l’accueil en trombe : le gardien les regarda et ouvrit la bouche, probablement pour leur souhaiter une bonne soirée, mais Cyana ne lui accorda même pas un regard. Il était le gardien du musée qui abritait une horreur, pas question de le saluer !
Le soleil se couchait dehors, le ciel se parait des couleurs enflammées du début de soirée. Le spectacle était enchanteur, et l’air frais réussi à calmer un peu Cyana qui inspira et expira profondément et lentement. Exercice de relaxation qu’on lui avait appris et qui ne marchait pas du tout : la blonde cessa de se rendre ridicule avant d’en arriver à détester respirer. La fille derrière elle n’avait toujours rien dit et attendait en silence, ce qui devait être un exploit pour elle. Pourtant, au bout d’un moment, sa voix s’éleva, peut-être un peu timidement. Cyana avait dû l’impressionner à filer ainsi du musée sans une explication.
_ Euh…Est-ce que tu vas mieux ? Demanda-t-elle.
L’expression de son visage était un peu inquiète : se faisait-elle du souci pour Cyana ? Ce devait être probablement le genre de personne à s’inquiéter pour tout le monde, au détriment d’elle-même. La blondinette chassa d’elle sa colère, elle était très douée pour maîtriser ses émotions quand elle le voulait et adressa un sourire à son interlocutrice, quoiqu’un peu forcé. La brune donna un petit coup de pied dans un caillou, attendant une réponse de Cyana avec patience. Elle semblait perdue dans ses pensées dans l’attente d’une quelconque réaction. Cyana s’éclaircit la gorge pour lui répondre :
_ Oui, merci. Ça va.
Elle laissa passer un petit silence et rassembla ses idées, cherchant une excuse plus ou moins plausible à son comportement. Elle n’eut pas à réfléchir trop longtemps, elle mentait depuis tellement de temps sur à peu près tout que le mensonge était presque devenu une seconde nature. C’était mal, mais c’était pour la bonne cause. Elle ne devait pas faire d’erreurs pour ne pas qu’on devine qui elle était. Sa mission devait s’effectuer dans l’ombre.
_ Je suis désolée, poursuivit-elle. J’ai dû te surprendre…
Quelqu’un de normal se serait excusé, elle faisait simplement pareil, à la différence qu’elle n’était pas désolée du tout. Ça n’aurait tenu qu’à elle, elle n’aurait même pas donné d’explications, elle ne devait rien à personne. Mais pour sa couverture, elle devait se comporter comme ces gens naïfs qu’elle fréquentait jour après jour.
_ Je…n’ai pas trop apprécié cette statue. Ma famille est croyante, moi aussi, et de voir le Pape dans cette…imaginer qu’il puisse tuer quelqu’un, même un mutant…C’est impossible. Le Pape ne ferait pas ça, c’est un homme bon.
Elle secoua la tête, exaspérée. Bien entendu que le Pape ne ferait pas une chose pareille ! C’était une hérésie d’y songer.
_ Encore désolée, répéta-t-elle. J’ai perdu mon sang-froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Linnéa Kaurismäki

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 21
Localisation : Dans un immeuble banal, dans une rue banale, dans une ville extraordinaire.

MessageSujet: Re: La solitude est la pire chose qui existe    Dim 18 Sep - 21:22

_ Oui, merci. Ça va.

Voilà ce qu'elle me répond. C'était évident qu'elle allaitme dire ça, c'est ce que tout le monde fait. Je lui souris légèrement et je glisse un "tant mieux". un silence s'installa : je n'avais rien à dire et elle, apparemment elle hésitait à me dire la raison de ce départ rapide. Alors j'attendis mais pas très longtemps :

_ Je suis désolée. J’ai dû te surprendre…,
- Y a pas de soucis !

Mais elle ne semble pas vraiment entendre mes réponses depuis tout à l'heure. Alors, j'attends encore parce qu'elle n'a pas l'air d'avoir fini. Comme j'ai remarqué que ce n'était pas le genre de fille à bavasser pour rien, comme moi, j'attends silencieusement. Ce doit être quelque chose d'important, alors je fais encore preuve de patience.


_ Je…n’ai pas trop apprécié cette statue. Ma famille est croyante, moi aussi, et de voir le Pape dans cette…imaginer qu’il puisse tuer quelqu’un, même un mutant…C’est impossible. Le Pape ne ferait pas ça, c’est un homme bon., poursuivit-elle

-Hum ...

_ Encore désolée, répéta-t-elle. J’ai perdu mon sang-froid.

Ben tiens, qu'est ce que je disais ? Bon, il était grand temps de dire à quel point ce n'était pas un problème et que ça arrivait à tout le monde même au plus calme de tous.

-Ne t'en fais pas, ce n'est pas grave ! Je ne demandais pas forcément d'explication mais merci quand même ! Tu sais même moi, qui ne suis pas croyante, cette statue m'a choquée; alors je n'imagine pas pour toi ! voir le Pape faire une telle chose est inconcevable !

Et je ne mens pas. C'est vraiment étrange, pourquoi le musée avait-il accepter d'exposer cette sculpture ? Je pousse un soupire désespérée et je regarde la jeune fille. Rien que le fait de repenser à cette statue la remet dans un état entre colère, déception ou je ne sais quoi alors je m'empresse de changer de sujet.

-Enfin, il commence à se faire tard, tu habites loin ?

Elle ne répond pas tout de suite : elle se remet bien droite, elle prend quelques bouffée d'air puis un "pas trop, non" me parvient. Je réfléchis, la visite du musée avait été un véritable fiasco, et même si cette fille avait agit d'une façon particulière, j'aurais aimé passé un peu plus de temps avec elle. Comprenez moi, j'étais affamé de nouvelles rencontres. N'ayant jamais eu de véritable ami(e)s de toute mon enfance, je voulais connaître de nouvelles personnes, passer du temps avec elles. faire comme une fille normale de 17 ans quoi ! Sauf que quelqu chose chez moi faisait fuir les gens, comme si ma véritable nature était malsaine. Une fois on m'a dit quelque chose dans ce goût là :"Tu es sale, et tu le caches sous un enthousiasme trop voyant. C'est flagrant". Ca m'avait sacrément marqué, imaginez donc ! Alors c'est pour ça que parfois je pouvais paraître lourde, trop enthousiaste ou trop gentille.mais je vous jure, je ne cache absolument rien !
Je me retourne vers la fille :

-Vu que le musée n'était pas top, que dirais tu de m'accompagner faire quelques courses ? Si tu ne veux pas, n'hésite pas surtout !

Et j'attendis, en espérant qu'elle accepterait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: La solitude est la pire chose qui existe    Sam 24 Sep - 20:33

Suite au mensonge de Cyana, l’adolescente lâcha un petit « Tant mieux. ». La blonde comprit néanmoins que son interlocutrice n’était pas dupe. Cependant, elle ne posa pas plus de question, ce qui surprit Cyana et lui fit plaisir. Cette fille était plus bavarde qu’une pie, mais elle était discrète et ne posait pas de questions embarrassantes. Etonnement, elle monta dans son estime. Elle balaya même d’un geste de la main désinvolte les excuses pas trop sincères de Cyana, écoutant ses explications avec un intérêt surprenant. Cette fille était vraiment gentille, et dotée d’une patience d’ange. Cyana était lucide : elle, on l’aurait traitée comme ça, elle aurait envoyé sèchement balader le ou la coupable. Elle devait peut-être se montrer plus gentille ? Après tout, ça arrivait à tout le monde de faire des erreurs ?
Réalisant ce qu’elle était en train de penser, la jeune peintre se secoua. Non mais, ça n’allait pas dans sa tête ou quoi ? Cette fille trop gentille était en train de l’influencer, mais pas de la bonne façon ! Commencer à être gentil et aimable n’était pas la bonne conduite à tenir dans ce monde rongé par le mal. Montre-toi sympa, tends juste la main, et on te bouffe le bras ! La philosophie de Cyana était toute autre : bouffe les autres avant d’être bouffée. Elle regarda son interlocutrice avec une certaine pitié : la pauvre n’allait pas tenir très longtemps dans une ville où la loi du plus fort était numéro un. Elle faillit soupirer, puis se retint. Et elle se dit qu’un élan de bonté ne lui ferait pas de mal, pour une fois : non, elle ne profiterait pas de cette fille si gentille, parce qu’elle ne lui avait pas posé de questions. C’était comme un marché, même si Cyana était la seule à en connaître la teneur.
_ Ne t’en fais pas, ce n’est pas grave ! S’exclama la fille après les explications fumeuses de la blondinette. Je ne demandais pas forcément d’explications, mais merci quand même ! Tu sais même moi, qui ne suis pas croyante, cette statue m’a choquée. Alors, je n’imagine pas pour toi ! Voir le Pape faire une telle chose est inconcevable !
La brune poussa un soupir apparemment exaspéré, mais Cyana n’y prêta pas attention. Elle était soufflée, ahurie, choquée, et tous les autres adjectifs qualifiables pour exprimer la surprise. Cette fille n’était pas croyante ! Cyana ne voyait pas la vie sans Dieu, elle avait grandi avec lui, comme une sorte de grand-père un peu étrange car toujours absent, mais terriblement bon. Il était un soutien, presque aussi important pour elle que sa Sachenka. Car oui, Aleksandra était plus importante que Dieu pour Cyana, même si elle n’avouerait jamais à personne une telle hérésie. Mais même, le soutien de Dieu était vital pour elle. Comment cette fille pouvait-elle vivre sans ce soutien ?
_ Enfin, il commence à se faire tard, tu habites loin ?
Cyana consulta sa montre : en effet, il se faisait tard. Si elle rentrait après l’heure qu’elle avait donné à sa Darling, cette dernière allait s’inquiéter, appeler les flics, les pompiers, le SAMU, voire Interpol ou carrément le Vatican ! En plus, elle avait deux-trois courses à faire avant de rentrer, il allait falloir qu’elle urge.
_ Pas trop, non, répondit la blonde en se faisant déjà un plan dans sa tête pour perdre le moins de temps possible.
_ Vu que le musée n’était pas top, que dirais-tu de m’accompagner faire quelques courses ? Si tu ne veux pas, n’hésite pas surtout !
Surprise, Cyana releva la tête. Son vis-à-vis affichait un gentil sourire innocent. Pourtant, elle avait proposé de faire des courses, alors que c’était justement ce à quoi elle pensait à l’instant. Cette fille était-elle un mutant ? Capable de lire les pensées d’autrui ? Le sang de la jeune peintre se glaça, avant qu’elle se reprenne : enfin, si cette fille avait lu ses pensées, elle ne serait certainement pas restée avec elle, à moins d’être maso. Cyana ne comprenait pas pourquoi les gens fuyaient les Inquisiteurs, mais le fait était qu’elle et ses camarades n’étaient pas aimés.
_ Pourquoi…des courses ? Demanda-t-elle en fronçant les sourcils.
Après tout, il n’y avait qu’une façon de connaître la réponse à ses questions, c’était de les poser. Mais de manière habile pour ne pas se faire griller. Cyana se reprit bien vite : elle avait été soupçonneuse.
_ Enfin, je veux dire…Oui, je veux bien, j’ai justement des courses à faire. Mais comment as-tu fait pour le deviner ? Tu as lu dans mes pensées ou quoi ?
Elle ponctua ses paroles d’un petit rire, laissant penser qu’elle plaisantait en disant ça. Mais intérieurement, elle guettait le moindre changement d’expression de la fille. On ne savait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La solitude est la pire chose qui existe    

Revenir en haut Aller en bas
 
La solitude est la pire chose qui existe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Quelqu’un a dit un jour que la mort n’est pas la pire chose dans la vie : le pire, c’est ce qui meurt en nous quand on vit. »
» Ethan-Quelqu’un a dit un jour que la mort n’es pas la pire chose dans la vie : le pire, c’est ce qui meure en nous quand on vit..
» « La solitude, c’est pire quand on est seul » Ciàran&Nathanaël.
» La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\
» Est-ce que Haldir existe? O_o

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lupus Dei :: RPG - PARIS :: Patrimoine culturel :: Musées-
Sauter vers: