A Paris se joue une pièce de théâtre macabre dont vous êtes les acteurs...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dimanche matin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aleksandra Vodoleïev
Grammar Nazi
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Dimanche matin...   Lun 13 Juin - 21:36

Aleksandra se sentit arrachée à cette douce torpeur par un coup de genou dans la cuisse, et ouvrit les yeux en grommelant, ne voyant qu'une touffe de cheveux blond devant elle. Elle se colla contre leur propriétaire et, sa tête contre ce dos mince mais rassurant, tenta de se rendormir. Elle était presque rendormie lorsqu'un coup de klaxon bien placé dans la rue la fit se réveiller une nouvelle fois. Tentant encore une fois de se rendormir en se blottissant un peu plus contre l'autre fille, elle finit par rouvrir les yeux, énervée contre l'infâme conducteur qui avait osé troublé son dimanche matin. Elle roula sur le côté dans le lit, laissant sur le côté la blonde, et regarda l'heure sur le réveil. Huit heures vingt-sept. Ça aurait pu être pire. Maugréant encore intérieurement, baillant, Aleksandra se leva sans un bruit pour ne pas réveiller sa belle au bois dormant. Elle ne put s'empêcher de sourire en la voyant ainsi endormie, puis mis une robe de chambre sur ses épaules pour éviter que les voisins ne se rincent l'oeil en regardant par la fenêtre, vu qu'elle n'arrivait pas à dormir vêtue. Personnellement elle s'en fichait, mais c'était sa Solnychka qui le lui avait dit, alors elle le faisait. Elle commença à faire le café dans leur cuisine, sortit deux bols, deux cuillères et se fit griller du pain. Par la fenêtre elle pouvait voir les immense immeubles parisiens. Elles étaient logées au dernier étage d'un bâtiment, et leur cuisine offrait une vue assez spectaculaire, même lorsque l'on était habitués aux grandes villes.
Un bruit la fit sursauter, elle se retourna, alerte, puis rougit de honte en se rendant compte que ce n'était que le pain qui avait grillé. Elle sortit le beurre du frigo, versa un peu de café dans son bol, mit deux sucres, et beurra doucement sa tartine en pensant à sa vie, elle y repensait souvent dans les rares moments de calmes comme celui-ci. Elle repensa aux brumeux souvenirs de son enfance, ne se remémorant de ses parents que leurs voix, et des lieux où ils allaient ensemble. Elle croqua dans sa tartine. Ensuite, c'était le Vatican, c'était dur, très dur, elle était toute seule, complètement perdue, mais heureusement Elle était là. Aleksandra sourit et regarda inconsciemment la porte de la chambre. Si elle n'avait pas été là, elle n'aurait jamais tenu le coup. Mais grâce à elle elles allaient pouvoir racheter leurs âmes. Après tout, elles étaient ici pour rappeler la ville-lumière aux enseignements divins. Aleks finit sa tartine et commença à boire son café, puis perdit son regard dans les hauteurs immobilières qui s'étendaient à sa vue. Peut-être y avait-il un de ces hérétiques dans l'immeuble en face ? La jeune inquisitrice comprenait peu à peu pourquoi ils étaient venus se réfugier ici, quelle meilleure cachette que cette immense cité encore pleine de rues transverses où la police n'a pas mis les pieds depuis plusieurs dizaines d'années. Quelle meilleure cachette que ces souterrains qui transformaient le sol de Paris en gruyère ? Aleksandra soupira en pensant à l'immensité de la tâche qui leur était confiée, mais elle ne devait pas échouer, non, elle ne pouvait pas échouer.
Un bruit dans la chambre d'à côté la tira de ses rêveries, apparemment sa Solnychka se réveillait. Aleksandra sourit et remit du pain à griller...

_________________
Aleksandra Vodoleïev
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Lun 13 Juin - 22:24

Un bruyant klaxon parvint à mes oreilles à travers la brume de mon profond sommeil. Allons bon, encore un connard un peu trop pressé, sûrement ! C’était fâcheux, mais ce bruit avait éveillé mon esprit, et je me sentis glisser peu à peu vers le réveil…
La lumière du jour inondait la chambre. En bâillant largement, je me tournais pour regarder mon réveil auquel je tournais le dos. Huit heures et quarante-neuf minutes. Tiens, il était tard, je me levais plus tôt d’habitude. Ah mais oui, c’était dimanche, j’avais le temps. Baillant une nouvelle fois, je me redressais sur le lit en constatant que l’autre côté était en fouillis. Ha, ha, elle n’avait pas pu s’en empêcher, elle était venue se glisser auprès de moi pendant mon sommeil.
Ma darling.
Ma petite fille à moi. Ma Sachenka, comme on disait de par chez elle. Je ne pus m’empêcher de sourire. Elle était mon réconfort, mon rayon de soleil, si elle n’était pas là, j’aurais sombré depuis longtemps. Si je n’avais pas du être forte pour elle, j’aurais perdu pied. Je lui devais tant.
Avec un nouveau bâillement, je me levais du lit du mauvais côté et fit le tour pour atteindre la porte. En passant, je ne put m’empêcher de trébucher sur mes basket que j’avais laissé traîner.
_ Shit ! Putain ! Suka ! Ne pus-je m’empêcher de crier en utilisant divers insultes que je tenais d’ici et là.
Je sautillais sur un pied en essayant de frotter mon orteil endolori et m’écrasais sur la porte, qui s’ouvrit sous le choc. Ma Sachenka d’amour ne l’avait pas correctement fermée et je la maudis malgré mon affection pour elle.
_ Aleksandra, nom d’un chien ! Je t’ai dit de refermer la porte un bon milliers de fois ! !
Je n’étais pas sympa, je le savais, mais j’avais vraiment mal. Et puis, ma Darling ne s’en formaliserait pas, elle savait que j’étais de mauvaise humeur le matin tant que j’avais pas pris mon café. Le désavantage de vivre avec une excentrique…
Tout en marmonnant des insultes qui aurait fait hurler les prêtres de mon académie, je me relevais et me laissais tomber sur la chaise en face de ma Sachenka.
_ Bonjour Darling, soupirais-je me saisissant de mon bol. Bien dormi ?
Le café était déjà prêt, je m’en servis un peu et ajoutais une rasade de lait, et trois sucres. Oui, je n’aimais pas le café pur, j’étais fan de douceur, surtout le matin au réveil. Ma Sachenka me tendit une tranche de pain grillé qu’elle avait beurré. Je la reconnaissant bien là, et la remerciais d’un sourire.
_ Alors, quoi de beau prévu pour aujourd’hui ? Demandais-je avant de fourrer le pain dans ma bouche.
Très élégant, comme d’habitude. Je jetais un coup d’œil à la fenêtre, et aperçus le voisin d’en face qui nous observait. Encore ? Cet abruti passait son temps à mater par la fenêtre pour récolter tous les potins du quartier. Il avait d’ailleurs fait courir une rumeur selon laquelle nous étions en couple. Quel inconscient ! Ma Sachenka et moi n’étions pas un couple, ce n’était pas comme ça pour nous. Tranquillement, je levais le bras et lui fis un signe vulgaire avec ma main. J’avais appris ce geste à l’université et je dois dire que ça m’avait plutôt fait rire. L’abruti s’échappa vite fait de sa fenêtre. Encore une fois, je l’avais grillé, eh ouais, coco ! Tu crois que tu pouvais échapper comme ça au flair d’une Inquisitrice, une élue de Dieu ? Pauvre fou hérétique.
C’est alors que j’entendis ma Sachenka parler. J’oubliais l’abruti pour me concentrer sur elle, elle était beaucoup plus importante pour moi que n’importe qui.
_ Tu disais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Aleksandra Vodoleïev
Grammar Nazi
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Lun 13 Juin - 22:58

Aleksandra entendit plusieurs bruis sourd, quelques mots fleuris, puis la porte s'ouvrit laissant tomber une Cyana assez peu de bonne humeur par son ouverture, se tenant le pied et véhémentant contre elle. Et si pour quelqu'un d'autre cette situation pouvait paraître étrange, Aleksandra se contenta de sourire et de beurrer une tartine qu'elle tendit à sa Solnychka qui se versait son café, avec du lait. Aleksandra détestait le lait, et préférait son café bien fort et bien noir, mais elle se retenait pour éviter que Cyana ne le lui recrache dessus. Elle rendit son sourire à sa Solnychka qui engouffra sans plus attendre son pain dans sa bouche après avoir parlé. Elle remercia le seigneur qu'elle ne parlait pas la bouche pleine...

_ Alors, quoi de beau prévu pour aujourd'hui ?

Aleksandra allait répondre lorsque l'attention de son interlocutrice fut attirée au dehors et qu'elle fit un étrange geste à la fenêtre, avant de reporter son attention sur la jeune fille.

_Tu disais ?
_C'était quoi ça ? Ce geste ?


Alliant le geste aux paroles, Aleksandra imita sa compagne. Elle avait de la chance d'avoir sa Solnychka avec elle, elle lui apprenait toujours énormément de choses utiles et lui donnait toujours des bons conseils, qu'elle ne comprenait pas toujours, mais ils ne pouvaient être que bons, alors elle les suivait. Elle avait beau être très forte, elle avait du mal avec les choses de la vie quotidienne, Cyana lui répétait tout le temps qu'elle était irrécupérable, mais ça ne lui faisait pas de peine, au contraire, par ce que ça voulait dire que sa Solnychka resterais à ses côtés, pour toujours..

_________________
Aleksandra Vodoleïev
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Lun 13 Juin - 23:44

La vie avec ma Darling était vraiment extraordinaire. Je ne savais pas comment elle faisait pour être aussi innocente, et d’ailleurs, ça me faisait fondre, mais parfois, ses réactions me laissaient pantoise…
Alors que je me retournais vers elle en lui demandant de répéter, je pris mon bol de café pour en boire une gorgée. Ma Sachenka me regardait avec la lueur curieuse que je connaissais si bien. Elle annonçait une question existentielle ou je ne m’appelais plus Cyana.
_ C’était quoi ça ? Lança-t-elle. Ce geste ?
Et avec sa bouille innocente, elle réitéra mon doigt d‘honneur. Elle l’avait parfaitement imité, sans savoir de quoi il s’agissait.
Oh My God !
Un brusque fou rire me monta à la gorge et un hoquet m’échappa. J’en avais oublié ma gorgée de café, que je recrachais à moitié sur le tee-shirt extra-large que je portais pour dormir. Difficilement, j’avais ce qui me restais dans la bouche et continuais à rigoler, cherchant désespérément de l’air. J’entendis vaguement ma Sachenka m’appeler, inquiète, mais je secouais la main pour la rassurer.
_ C’est…c’est rien…attends…un peu…
Il fallut que je me fasse violence et penser à autre chose pour oublier cette scène particulièrement cocasse. Ma Darling attendait toujours avec une patience infinie que je me calme et que je réponde à sa question. Je remerciais Dieu chaque jour de m’avoir donné la chance de la rencontrer. Sans Aleksandra, ma vie n’aurait pas eu la saveur d’aujourd’hui. Je me demandais même comment j’avais pu passer les onze premières années de ma vie sans elle. Non, en y réfléchissant bien, je ne voyais vraiment pas. Comment vivre sans son oxygène ? Parce que Sachenka était mon oxygène. En apparence, c’était peut-être moi qui la protégeait, mais moi seule savait que c’était elle qui veillait en réalité sur moi.
La tendresse qui m’envahissait en songeant à ma Sachenka chassa mon fou rire. J’essuyais mes yeux humides et prit une nouvelle gorgée de café pour me calmer définitivement. Alexa attendait toujours avec patience. Elle seule était capable de me supporter de cette façon.
_ Tu sais que je t’adore vraiment ? Lançais-je.
Oui, elle le savait, mais je tenais à le lui dire. C’était un besoin vital pour moi, de lui assurer que je l’aimais. Et j’adorais son sourire épanoui quand je lui disais. Je me mis à me balancer sur ma chaise, cherchant les mots les meilleurs pour lui répondre.
_ Eh bien…C’est pas très joli, comme geste…Les prêtres nous puniraient si on l’utilisait devant eux. Mais bon, ils sont pas là, hein…Ce geste, en gros, c’est une insulte.
Je me voyais mal lui expliquer le sens profond du doigt d’honneur. Je ne savais pas si ma Sachenka savait ce que signifiait une relation avec un homme. Je ne savais même pas si elle réalisait que les hommes étaient différents de nous.
_ Oublie ça, Darling, murmurais-je. C’est pas beau. C’est bon pour la vilaine Cyana qui est une rebelle. Toi, tu es une gentille fille.
Je lui tirais la langue en un geste affectueux. « Cyana rebelle », c’était une blague entre nous.
_ Au fait, tu m’as toujours pas dit ce que tu voulais faire aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Aleksandra Vodoleïev
Grammar Nazi
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Mar 14 Juin - 16:04

Aleksandra regarda sa Solnychka s'étouffer avec son café d'un oeil curieux. Qu'est-ce qui lui prenait ? Décidément elle avait parfois de drôles de réactions, mais c'était aussi ça qu'elle appréciait chez elle. Enfin elle espérait aussi que ce n'était pas par ce qu'elle avait fait son café trop fort, sinon elle allait en entendre parler pour des semaines.

Cyana... est-ce que ça va ?

Elle avait sonné un peu plus inquiète qu'elle ne le voulait, mais ce n'était pas sa faute si elle ne voulait pas vivre sans sa Solnychka, enfin elle ne le voulait pas, mais même plus, elle ne pouvait pas. Elle attendit patiemment qu'elle se fût calmée, elle avala une gorgée de café supplémentaire et reprit ses esprits. Ouf, ce n'était donc pas le café le problème.

_ Tu sais que je t’adore vraiment ?

Aleksandra sourit, bien entendu qu'elle le savait, mais elle adorait l'entendre, elle sentait cette chaleur dans sa poitrine, c'était une sensation de bien-être que seule sa Solnychka pouvait lui procurer. Mais elle attendait malgré tout son explication, et à la vue de son air embêté, elle comprit qu'elle allait encore une fois détourner le sujet. Comme la fois où elle avait demandé comment on faisait les enfants. Même si pour cette fois-ci elle s'était renseignée, c'était une histoire de gamètes et de chromosomes, elle avait été très intéressée d'ailleurs, mais la génétique était quelque chose aux limites de l'hérésie, aussi elle laissa tomber quand elle en était rendue au clonage et ce genre de techniques qui l'enverraient sans nul doute tout droit en enfer.
Toujours est-il que vu la réponse de sa Solnychka, elle avait raison, détournement de sujet. Elle soupira et laissa couler quand elle tira la langue, après tout, elle avait peut-être raison de ne pas lui dire. Aleksandra n'insista pas et répondit tranquillement


Hum... Je supposait qu'on pourrait aller faire du repérage, au niveau des sorties des égouts et des catacombes, repérer les points sur la carte, qu'est-ce que tu en dit ? Il faut bien commencer quelque part de toute manière...

Aleksandra ferma un instant son esprit pour réfléchir, se mordant la lèvre intérieure inconsciemment. C'était le signe pour son entourage que lui parler était inutile et qu'elle était en train de réfléchir. Ils avaient reçu leur ordre de mission il y a peu, et ils n'avaient pas encore vraiment commencé efficacement, cela faisait un moment qu'Aleksandra essayait de formuler un plan, mais aucun n'était satisfaisant, aussi elle avait décidé d'y aller petit à petit, de se familiariser avec tous les endroits stratégiques dans leur purge, et ce n'était pas comme si deux inquisiteurs pouvaient courir un quelconque risque face à tous ces damnés, et même contre les humains qui pourraient avoir succombé au mal.
Plus Aleksandra y pensait plus la seule solution viable avec leur petit nombre était d'y aller petit à petit avant de frapper un grand coup... Elle retourna à la réalité, relâcha la pression sur sa lèvre, et leva les yeux vers la jolie blonde qui avait l'air d'attendre, et lui fit son sourire craquant pour lui montrer qu'elle était de nouveau attentive

_________________
Aleksandra Vodoleïev
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Mer 15 Juin - 22:49

Le sourire de ma Sachenka quand je lui assurait une fois de plus que je l’aimais me fit sourire. Elle était si craquante ! Quand je finis par lui répondre, en essayant de ne pas trop la choquer, je vis dans ses yeux qu’elle avait compris mon intention. Ceci étant, elle n’insista, et je lui en fus reconnaissante. Ma Sachenka avait le chic pour poser des questions embarrassantes.
_ Hum...dit-elle, l’air pensif. Je supposait qu'on pourrait aller faire du repérage, au niveau des sorties des égouts et des catacombes, repérer les points sur la carte, qu'est-ce que tu en dit ? Il faut bien commencer quelque part de toute manière...
Je m’apprêtais à lui répondre : j’avais déjà une idée de la façon dont on allait procéder, mais ma Sachenka se mit à se mordiller la lèvre. Aussitôt, je me tus. Ce signe indiquait qu’elle était plongée dans une profonde réflexion, une réflexion si intense qu’elle se coupait totalement du monde extérieur. Dans ces moments-là, il était inutile d’essayer de lui parler, elle n’entendrait pas. Je la connaissais, ma Sachenka.
Tranquillement, j’achevais ma tartine et mon bol de café au lait, avant de rassembler les couverts sales et les fourrer dans l’évier. J’eus même le temps de le remplir d’eau et de laver cette petite vaisselle. Ma Sachenka réfléchissait décidément très fort, et visiblement, sa réflexion n’aboutissait pas comme elle le souhaitait. Je voyais ses émotions défiler sur son visage comme les images d’une télévision.
Je passais devant la fenêtre ouverte sur le soleil, pistant la fenêtre du voisin. Celui-ci n’était pas visible, à croire que je l’avais découragé pour de bon. Je poussai un soupir, sachant que dès que l’occasion se représenterait, il se remettrait à fouiner.
Je finis par me rasseoir en face de ma Sachenka, attendant patiemment qu’elle termine de songer. Je vis ce moment arriver quand une petite lueur illumina à nouveau ses yeux. Elle était à nouveau parmi moi. Je lui adressais un sourire.
_ Ce que tu as proposé est une bonne idée. J’ai justement réussi à me procurer une carte détaillée de Paris. Nous pouvons quadriller secteur par secteur pour faciliter notre tâche. Cela risque d’être long, mais nous avons carte blanche…
Je lançais un regard interrogateur à ma Sachenka. Nous avions toujours fonctionné ensemble, elle et moi, formant des plans sans failles. Combien de fois avions nous fait s’arracher les cheveux de nos instructeurs avec nos coups tordus ? Je rigolais intérieurement en pensant à toutes ces bêtises d’enfant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Aleksandra Vodoleïev
Grammar Nazi
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Ven 24 Juin - 15:47

Aleksandra sourit à la déclaration de Cyana; décidément, elle pouvait lire dans ses pensées, elle savait toujours exactement quoi lui apporter pour ses idées, et ce avant même qu'elle ne les formule. Il faut dire qu'elles étaient ensemble presque 24h/24 depuis 8 ans déjà, et avaient toujours fomenté ensemble les plans les plus tordus et réussissaient malgré tout à s'en sortir ensemble. On les appelait comment déjà ? Les démons angéliques, quelque chose comme ça, un jour un prêtre les avait appelées ainsi avant de se rétracter, elles en avaient ri durant des semaines. En tout cas elles étaient faites pour fonctionner ensemble, et ni l'une ni l'autre ne voulaient que cela change.
Aleksandra secoua la tête pour chasser sa nostalgie et reporter son attention sur la jolie blonde qui lui faisait face, attendant patiemment qu'elle revienne à la réalité, comme toujours. Elle se sentait souvent mal pour sa Solnychka qui devait ainsi la supporter, et ne se plaignait jamais. Rien que d'y penser lui donna envie de lui faire un câlin à l'instant. Et puis après tout pourquoi s'en priver ? Elle se leva grâcieusement, puis alla derrière sa Solnychka pour l'enlacer gentiment.


Qu'est-ce que je ferais sans toi Solnychka ?

Elle revint ensuite à sa place, choppant au passage la carte que Cyana avait récupérée. Débarrassant son côté de la table, elle déplia la carte pour l'étudier, mordant sa lèvre, alors que Cyana finissait tranquillement de déjeuner. Elle sortit un stylo de sa poche et commença à découper des secteurs sur la carte, traçant des chemins qui finirent par ressembler à un plat de spaghettis bleus, et finit par renverser la bouteille de lait sur la carte en donnant un coup un peu bref. Voir sa carte submergée par une marée blanche suffit à réveiller Aleksandra, juste à temps pour éviter que sa robe de chambre ne soit elle aussi trempée. Elle poussa un cri de frustration en voyant que le lait prenait une teinte bleue, et regarda ensuite Cyana avec un air contrit.

Hmm... Pardon Solnychka... Tu peux me passer l'éponge ?

Elle préféra ne pas écouter la véhémence de sa compagne et attendit qu'elle se calme et lui lance l'éponge pour nettoyer le demi-litre qui avait formé une mare tout autour de sa chaise.

_________________
Aleksandra Vodoleïev
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Mar 28 Juin - 19:58

Alors que ma Darling repartait à nouveau à l’assaut des nuages qui composaient en grande partie sa tête, je me mis de nouveau à patienter. Je savais qu’elle se sentait souvent coupable de rêvasser tout le temps, mais je ne lui en voulais pas. Comment pourrais-je le pouvoir ? Je l’aimais tellement, ma Sachenka…
Brusquement, celle-ci se leva et fit le tour de la table pour venir m’enlacer. Je ne fus même pas surprise. Ma Darling préférée était adepte des étreintes et caresses en tout genre, que nous soyons seules ou accompagnées. Elle était comme ça, et c’était comme ça que je l’aimais.
_ Qu’est-ce que je ferais sans toi, Solnynchka ?
Je ne savais pas ce que j’avais dit ou fait pour mériter une telle déclaration d’amour, mais je laissais tomber pour savourer le câlin, caressant les doux cheveux d’améthyste avec tendresse.
_ Tu t’ennuierai certainement…finis-je par répondre avec un sourire.
Ma Sachenka se redressa et repartit à sa place en attrapant ma carte au vol. Aussitôt, je ne pus m’empêcher de froncer les sourcils. Malgré son intelligence supérieure à celle des autres et son esprit d’analyse hors du commun, ma tendre Sachenka avait un énorme problème : elle manquait d’organisation. Et j’en eus la preuve juste sous les yeux. Je ne savais pas trop ce qu’elle faisait à ma carte, mais les lignes qu’elle traçait dans tous les sens - où voulait-elle en venir en faisant ça ? - ne me semblaient pas de bonne augure. Et je sentis mon sourire glisser lentement de mon visage alors que ce qui était une carte ultra-détaillée de Paris disparaissait lentement sous les traits bleus tremblants. En plus, ça n’avait aucun esthétisme…Mon Dieu !
Et le pire, ce fut quand elle donna un grand coup de coup dans la brique de lait, qui se renversa sur la malheureuse carte. Ma Sachenka adorée - Dieu savait que je l’aimais, et que ma vie sans elle ne serait plus qu’un champ de ruines - se releva brutalement pour se protéger, en laissant la carte prendre un bain qu’elle n’allait pas apprécier. Certainement pas du tout.
Elle poussa le cri que, hébétée, je n’eus même pas le loisir de pousser. Ma carte ! Cette putain de carte que j’avais payée une fortune à un marchand au noir affreusement laid, et qui puait l’alcool à plein nez. L’escroc. Et tout était à refaire…
Et le lait qui devenait bleu…Ce n’était pas mon genre, mais sur ce coup-ci, je crus bien pleurer de désespoir. Ma Sachenka leva les yeux vers moi, l’air adorablement désolée. Ce qui ne me fit - et la fin du monde allait arriver - ni chaud ni froid.
_ Hmm…balbutia-t-elle. Pardon Solninckha…Tu peux me passer l’éponge ?
Je jetais un œil hagard à me droite, où l’éponge trônait fièrement. Je mettais toujours une éponge près de moi quand je faisais quelque chose, car quand on est maladroite, il vaut mieux prévoir.
_ L’éponge…murmurais-je d'un air absent.
Et aussitôt, cet état de blanc dans lequel j’étais - et qui n’était pas habituel pour la pile électrique que j’étais - disparut, et la moutarde me monta au nez.
_ Ma carte ! ! Me mis-je à brailler. Non, non mais…Tu te rends compte ? ! Cet enfoiré qui me l’a vendu était un monstre, et en plus, je l’ai payée la peau du cul ! Abrutie !
J’attrapais l’éponge et lui jetais au visage, avant de me lever de ma chaise si brutalement qu’elle s’écrasa au sol. Je fis les cent pas dans la cuisine, les cheveux quasiment dressés sur ma tête, mes yeux lançant des éclairs à tout ce qui croisait mon regard. J’aurai quelqu’un qui ne me convenait pas sous le nez que je lui aurai démonté la gueule !
_ Tu fais chier, Aleksandra ! !
Et sur ce dernier rugissement de haine pure, je fonçais dans ma chambre en claquant la porte si fort que tout l’appartement trembla. Je me jetais sur mon lit, folle de rage…et me rendis compte que j’avais été vraiment odieuse.
Merde.
Ce n’était qu’une carte.
J’avais hurlé sur ma Sachenka adorée pour une bricole de rien du tout.
Comment j’allais arranger le coup ?
Je tournais la tête pour examiner la porte, me demandant ce qu’il se passait derrière. Oh, pourvu qu’elle ne pleure pas ! Je ne supporte pas les pleurs de ma Sachenka, ils me déchirent le cœur. Hésitante, je me relevais, toute colère évaporée, et ouvrit la porte pour y glisser le bout de mon nez ?
_ Sachenka ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Aleksandra Vodoleïev
Grammar Nazi
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Mar 30 Aoû - 14:26

Aleksandra garda la tête froide tout au long de la tirade de sa solnychka, même si elle sentit son cœur se pincer plus d'une fois, elle savait qu'elle ne resterait pas en colère très longtemps, elle se laissait toujours emporter par ses sentiments, mais sur la fin elle faillit craquer et se mettre à pleurer, voir sa moitié lui crier dessus comme ça lui fendait le cœur, et ce même si elle se réconciliaient avec un gros câlin. Si elle pleurait ce serait pire, sa solnychka s'en voudrait toute la journée voir toute la semaine et elle en ferait presque une dépression, comme à Prague.
Elle reçut l'éponge humide dans la face, la ramassa mollement, baissa les yeux entre l'enfant pris en faute et l'adulte retenant ses larmes, serra les dents, sursauta par deux fois, lorsque la chaise tomba au sol et lorsque le cri de rage de sa solnychka retentit, puis se laissa aller à sangloter quand la porte claqua. Elle avait beau savoir que personne n'était plus important aux yeux de Cyana que sa Darling, elle ne pouvait s'empêcher de laisser les larmes perler le long de ses joues, s'accrochant à ses cils, brillant dans la douce lueur matinale qui émanait de la fenêtre. Elle laissa ses larmes couler en épongeant le lait bleu qui avait envahi la table, mis la carte aux couleurs étranges à sécher sur le fil à linge qui courait sur le balcon, elle essuya rapidement les larmes qui avaient rougi ses yeux, et sortait la serpillère du placard quand elle entendit la porte grincer derrière elle. Ce son, annonciateur d'un câlin réconciliateur, fit sourire Aleksandra un instant, puis elle décida de faire patienter un peu sa solnychka, c'était un peu sa punition personnelle, elle fit semblant de ne rien entendre quand une petite voix l'appela, et commença à passer la serpillère par terre. Le lait aux teintes bleutés colorait doucement la serpillère, et Aleksandra essayait de mettre un masque sérieux sur son visage, ce qui n'était pas difficile, étant donné qu'elle se donnait toujours à fond, même lorsqu'il s'agissait de passer la serpillère.
Elle avait les yeux fermés, mais son entraînement faisait qu'elle était capable de situer sa Solnychka avec le son de ses pas; sa serpillère pleine, elle se leva doucement pour aller l'essorer à l'évier, entendit son nom être prononcé de manière malhabile par sa moitié, elle était capable d'imaginer son regard de chien battu et ses mains se tortillant sans avoir besoin de la regarder. Elle finit par se retourner, les yeux ouverts, pour voir Cyana exactement comme elle l'avait imaginée, elle sourit puis se jeta au cou de sa Solnychka avant qu'elle n'ait eu le temps de réagir, les faisant toute deux tomber dans les restes de lait souillé, Aleksandra se pressant contre son amie, la tête enfouie dans les plis de son grand t-shirt. Le moment se passait de mot, et aucun ne vint briser le silence paisible entourant l'étreinte des jeunes filles.

_________________
Aleksandra Vodoleïev
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Ven 9 Sep - 21:11

Ma Sachenka était à genoux sur le sol en train d’éponger le lait renversé avec une serpillère propre. Elle frottait avec énergie et ne répondit pas à mon appel. Je ne pouvais pas en être étonnée, après toutes les méchancetés que je lui avais dit, elle devait m’en vouloir.
Je restais plantée un moment sur le pas de la porte, hésitant sur la marche à suivre. Je m’approchais doucement, tout en cherchant un moment. Ma Darling se leva avec sa serpillère dégoulinante et partit l’essorer dans l’évier. Je la rejoignis timidement, les yeux baissés pour ne pas croiser son regard, où devait se mêler déception, tristesse, peut-être de la colère. Je ne pourrais supporter un tel regard, c’était au-dessus de mes forces. Voir ma Sachenka éprouver ne serait-ce qu’une once de sentiment négatif envers moi me ferait mourir, psychologiquement parlant.
J’attrapais un pan de mon large tee-shirt et les tortillais entre mes doigts. La seule solution pour me faire pardonner était justement de faire des excuses sincères. Et j’étais sincère, tellement sincère que je doutais que quelqu’un puisse l’être plus que moi.
_ Sa…Sachenka…balbutiais-je. Aleksandra…Je…m’excuse pour…mes paroles, et je…
Je m’embrouillais dans mes paroles. Du coin de l’œil, je vis ma Darling se retourner et me regarder. Je n’osais pas la regarder, mais ma Darling fit un mouvement brusque et se jeta à mon cou. Sans que je puisse réagir, je basculais en arrière sous son poids : elle n’était pas lourde, mais le choc me fit quand même tomber.
Je sentis quelque chose d’humide dans mon dos : nous avions sans doute dû tomber dans le lait bleuté, mais je n’en avais cure. Je me contentais de passer mes bras autour des épaules de ma Sachenka, qui enfouit sa tête dans le creux de mon coude.
Nous restâmes comme ça un long moment. Je n’avais pas envie de briser ce moment qui se passait de mots, et je sentais que c’était également le cas de ma Darling.
Cependant, il fallut bien se séparer. Je commençais à avoir froid sur le carrelage humide, et de plus, j’étais mouillée à cause du lait. Et on ne pouvait pas dire que ma position soit très confortable. Sachenka pouvait se targuer d’être à l’aise sur moi, mais je n’étais pas dans son cas.
Je me redressais doucement, et plongeais mes yeux dans ceux de ma Sachenka.
_ Excuse-moi…dis-je à nouveau. J’ai vraiment un affreux caractère, pas vrai ? J’aimerais te dire que je ne recommencerais plus, mais je ne suis pas sûre d’y arriver.
Je m’autorisais une petite pause, pour mieux donner d’impact à mes paroles.
_ Il n’empêche que tu resteras toujours ma Sachenka, et que rien de ce que je puisse dire dans mes colères n’y changera rien. Tu me crois, hein ?
J’attendais la réponse de ma Darling avec une impatience mêlée d’appréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Aleksandra Vodoleïev
Grammar Nazi
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Mar 20 Déc - 20:49

Cyana avait beau jouer les dures, Aleksandra savait qu'au fond d'elle, la blondinette était tout aussi faible qu'elle-même. Elle savait tout garder en elle, mais après huit ans ensemble, elles n'avaient plu réellement de secrets l'une pour l'autre. Aussi quand elle lui fit sa énième "grande confession en yeux humides majeur", Aleks se contenta de lui sourire et de la refaire basculer dans le lait.

Je te pardonne un accès de colère pour chaque minutes que tu supportes dans le lait bleu

Certes, elle savait bien que c'était très puéril de sa part, mais comme elle allait de toute façon se faire crier dessus à un moment ou à un autre, autant qu'elle en profite. Et puis bien au sec, serrée contre sa Cyana, elle aurait tout donné pour ne plus avoir à bouger, et rester là à écouter son coeur. Le soleil matinal d'une journée qui s'annonçait particulièrement radieuse lui chatouillait le bout du nez. Décidément, par rapport aux autres missions qu'on leur avait confié, celle-ci ressemblait surtout à des vacances.

_________________
Aleksandra Vodoleïev
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Mer 21 Déc - 17:43

A ma réplique larmoyante (qu'elle devait connaître par coeur, je passais mon temps à la rabrouer et à m'excuser ensuite...Je remerciais Dieu de tout coeur de m'avoir donnée ma Sachenka si patiente, n'importe qui d'autre à sa place m'aurait laissée tomber depuis longtemps), ma moitié sourit et m'aplatit encore un peu plus dans le lait sale.
_ Je te pardonne un accès de colère pour chaque minute que tu supportes dans le lait bleu, me dit-elle d'une voix craquante.
Ah ? Cela signifiait-il donc que j'étais pardonnée ? Je me sentis m'envoler vers un petit paradis de bonheur, une bulle joyeuse que je n'avais pas la moindre envie de voir éclater. Ne me serais-je pas trouvée au frais que je n'aurais pas bougé non plus de cette position merveilleuse, ma Sachenka, mon petit soleil blotti contre moi comme un oisillon dans le giron de sa mère.
_ Dis...murmurais-je.
Les plus beaux yeux du monde, ceux de ma Sachenka bien évidemment, se posèrent sur moi, teintés de curiosité. Dieu que je l'aimais, comment avais-je pu passer le début de ma vie sans elle ? Mais qu'avais-je fait avant son arrivée ? Qu'aurais-je fait si je ne l'avais pas rencontrée ?
_ ça te dit que je fasse un gâteau au chocolat ? Demandais-je. On pourrait rester au lit toute la journée en le mangeant et pas bouger de la journée ? Qu'est-ce que t'en dis ?
Le gâteau au chocolat était le truc que je réussissais le mieux. Non pas que je ne sache pas cuisiner, c'était pas compliqué quand on avait la recette mais je connaissais celle-là par coeur, je la tenais de ma mère. Et sans vouloir me vanter, mon gâteau était plutôt bon. Ah, passer la journée dans le lit à lire et manger du gâteau avec ma Sachenka...Que demander de plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Aleksandra Vodoleïev
Grammar Nazi
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Jeu 5 Jan - 21:26

Cyana la regardait avec ses yeux doux, ce qui réchauffait Aleksandra encore plus qu'une chaude journée d'été. Elle la préférait tellement ainsi qu'en colère. Mais bon, au fil des années elle s'était habituée à son caractère soupe-au-lait. Elle se sentait bien sur la blonde, la tête reposant sur sa poitrine qui faisait un support tout à fait confortable il fallait dire.
Puis Cyana attira son attention pour lui poser une drôle de question.

Dis, ça te dit que je fasse un gâteau au chocolat ? On pourrait rester au lit toute la journée en le mangeant et pas bouger de la journée ? Qu'est-ce que t'en dis ?

Aleksandra ne savait pas quoi répondre. Elle adulait le chocolat alors forcément elle ne pouvait qu'approuver le gâteau. Mais elles avaient une mission, elles devaient se préparer, pas rester au lit, et puis Aleksandra ne se sentait pas fatiguée, elle n'avait pas envie de se coucher alors qu'elle s'était levée seulement deux heures plus tôt...
Elle regardait sa moitié avec des yeux interrogateurs. Peut-être Cyana avait-elle mal dormi cette nuit et voulait-elle se reposer ?
Pire, peut-être était-elle malade et avait besoin de se reposer. Aleks avait lu quelque part qu'on devait beaucoup dormir quand on était malade par ce que l'organisme dépensait beaucoup d'énergie. Et dire que depuis tout à l'heure Aleksandra l'obligeait à rester dans le lait froid et qu'elle n'avait pas la force de protester ! Quelle horrible personne faisait-elle !
Au bord des larmes, elle sauta en arrière dans un sploch, loin de sa Cyana.

J-je suis désolée Cyanou, je ne savais pas que tu ne te sentais pas bien. Vas-vite te coucher je vais te préparer un chocolat chaud ! Je suis vraiment désolée...

Elle termina sa phrase dans une larme avant de se relever chercher une nouvelle bouteille de lait pour le chocolat chaud, mais glissa dans la flaque de lait qui s'étalait à présent dans toute la cuisine, et fit un magnifique splotch.

_________________
Aleksandra Vodoleïev
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Ven 2 Mar - 10:41

Alors que je pensais que ma proposition était une bonne idée, que ma chère Sachenka allait accepter et que allions passer un moment formidable rien qu’à deux en mangeant du gâteau, la réaction de cette dernière ne fut pas celle à laquelle je m’attendais.
Bien au contraire.
Non seulement elle mit du temps pour répondre, alors qu’elle aurait dû sauter sur l’occasion - elle adorait littéralement le chocolat - mais en plus, elle me regardait avec ses grands yeux pleins de questions. Quelles questions pouvait-elle bien se poser ? Il n’y avait pas à réfléchir, quand on te proposait un gâteau. Ou tu disais oui, ou tu disais non, pas besoin de tergiverser, que je sache…
Soudain, un éclair de panique traversa les yeux de ma chérie, à mon grand désarroi. Seigneur, qu’avais-dit pour lui faire peur ? Que se passait-il ? Ma proposition lui avait-t-elle rappelé quelque chose d’important, quelque chose de grave, que j’avais oublié gourde que j’étais, mais qu’elle se souvenait ? Que se passait-il, nom d’un chien ? !
Comble de l’horreur, mon petit soleil s’écarte brutalement de moi, les larmes aux yeux. Plus que la distance, ce fut sa réaction qui me blessa profondément. Elle s’était écartée de moi, comme si j’étais sale, comme si j’étais un monstre, comme…comme si j’étais une de ces immondes créatures, les mutants ! Je faillis pleurer à mon tour. Mais pourquoi diable ma Sachenka s’éloignait-elle de moi comme si j’étais la pire des pestiférées ?
Ma moitié se mit à murmurer fébrilement, et j’y prêtais une attention désespérée, m’accrochant à l’espoir que tout ça n’était qu’un mauvais rêve et que j’allais me réveiller…
_ J-je suis désolée, Cyanou, je ne savais pas que tu ne te sentais pas bien, balbutia-t-elle, la voix tremblante de sanglots contenue. Va vite te coucher, je vais te préparer un chocolat chaud ! Je suis vraiment désolée…
Quoi ?
Mais de quoi parlait-elle ? Que racontait mon soleil en pleurant comme si la fin du monde était arrivée, comme la fois où elle avait trouvé un petit chaton mort abandonné dans un coin ? Depuis quand étais-je malade, au fait ?
Sans que je puisse réagir, Aleksandra se leva vivement, pour aller Dieu savait où, mais glissa dans le lait - c’était bien elle, ça - et atterrit dans le liquide en faisant un « splotch » magistral. Surprise de ses trouver au sol, elle me jeta un regard de totale incompréhension.
Et à vrai dire, je ne comprenais pas grand-chose non plus…
_ Je suis…pas malade, dis-je avec hésitation. Pourquoi crois-tu que je sois malade ? Je te l’aurais dit…Mais qu’est-ce que tu racontes, Aleksandra ? Je te proposais juste de prendre des petites vacances avec moi, aujourd’hui…
Aussi ahurie l’un que l’autre, nous nous fixions en chiens de faïence, l’une et l’autre incapable de comprendre ce qu’il se passait et de réagir en conséquence. Ce n’était pas la première fois qu’on se comprenait mal, mais je ne voyais vraiment pas ce qui avait pu passer ma Sachenka à croire que j’étais malade…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Aleksandra Vodoleïev
Grammar Nazi
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Mar 4 Sep - 12:38

Aleksandra regarda Cyana avec incompréhension, alors que Cyana la regardait elle-même avec incompréhension. tant d'incompréhension mutuelle tourna la tête d'Aleksandra qui s'ébroua dans la mare de lait, éclaboussant au passage Cyana avec le lait qui tâchait ses cheveux.
Donc Cyana n'était pas malade, c'était une bonne nouvelle. Mais la mauvaise nouvelle c'était qu'encore une fois Aleksandra laissait son imagination déborder sur la réalité. Pourtant ce n'était pas compliqué de réfléchir un peu à une situation avant d'agir, mais elle n'y pouvait rien, elle n'arrêtait pas de penser et prenait tout ça pour acquis.
Comme la fois à Prague ou elle avait tué le serveur de l'hôtel pensant que c'était un mutant qui s'était infiltré pour tuer Cyana. Ou la fois ou elle avait égorgé un SDF qui s'était installé devant leur planque a New-York. Et à chaque fois Cyana la grondait, et ça c'était terrible. D'ailleurs ça lui donnait chaque fois envie de pleurer, rien que d'y penser... Une ou deux larmes se frayèrent un chemin au coin de ses yeux alors qu'elle se levait pour regarder Cyana toute penaude.

Désolé ma Cyana, je m'emporte toujours pour rien mais.. mais... je veux pas que tu me rouspètes...

Bien entendu cette remarque déclencha un câlin géant. Aleksandra était forte pour avoir des câlins, même si elle ne comprenait pas vraiment pourquoi, tant que ça marchait... Elle serra Cyana dans ses bras et chuchota.

On fait ce gâteau alors ?

_________________
Aleksandra Vodoleïev
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyana Rohan
Adminette francophile
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 14/12/2010
Age : 27
Localisation : Mon lieu d'habitat restera secret...

MessageSujet: Re: Dimanche matin...   Mer 5 Sep - 18:27

Ma Sachenka secoua la tête, ses adorables sourcils froncés en une mimique non moins adorable et répandit du lait un peu plus partout, jusque dans mes yeux. Je m’essuyais d’un revers de bras, plus du tout fâchée. Elle était trop mignonne pour que je lui en veuille longtemps. Je ne savais même pas si j’étais réellement capable de lui en vouloir. Elle s’écarta de moi, des larmes perlant au coin de ses yeux. Terrifiée de son chagrin, je fouillais mes poches à la recherche d’un mouchoir…mais ma tenue de nuit n’avait pas de poches…!
_ Désolée ma Cyana…bafouilla ma Alek, je m’emporte toujours pour rien mais…mais…je veux pas que tu me rouspètes…
Et aussi sec, elle me sauta au cou une énième fois. Dieu, que je l’aimais ma Sachenka. Je l’enfermais dans mes bras pour lui rendre son câlin avec toute l’affection que je pouvais lui témoigner. Ce ne serait sûrement jamais assez, je le savais. Aucune manifestation d’affection possible ne pouvait lui montrer à quel point je l’aimais.
_ Je rouspètes parce que tu…maladroite, répondis-je. Mais c’est pas parce que je suis fâchée après toi, Darling. Je t’aime trop pour me fâcher. Je veux juste pas que tu te fasses mal, tu comprends hein ? Je veux pas que tu te fasses mal, je serais trop malheureuse, moi…
Je caressais ses beaux cheveux tout humide à cause du lait. Je ne devais pas être dans un meilleur état, une douche allait être nécessaire avant de faire quoi que ce soit aujourd’hui. Il ne faudrait pas que ma Sachenka attrape froid, elle était si fragile…
_ On fait ce gâteau, alors ? S’enquit-elle, totalement adorable.
Je ne pus m’empêcher de rire et me redressai en position assise, tout en la gardant sur mes genoux et bien calée entre mes bras. Je posais un baiser sur son nez.
_ Avant tout ça, tu devrais aller prendre une bonne douche chaude, lui conseillais-je. Tu vas attraper froid, sinon, et il ne faut pas que tu attrapes froid. Tu le sais, hein ? Allez, file, moi je prépare de quoi faire le gâteau en attendant.
Gentiment, je la relevais et la poussais en direction de la salle de bains. C’était une belle journée qui s’annonçait à nous…Que la vie est belle avec ma Darling !

_________________
Si tu es contre Dieu
Tu es contre l'Homme


Sadness - Enigma
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crepuscule-ou-aurore.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dimanche matin...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dimanche matin...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bonjour [pv Petit Matin]
» Editorial Le Matin: Pourquoi l'haitien s'autoflagelle-t-il autant?
» Yosei, l'étoile du matin
» Matin de printemps...
» Fatal Bazooka - Ce matin va etre une pure soirée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lupus Dei :: RPG - PARIS :: La ville :: Les arrondissements-
Sauter vers: